Actualité

Le Smic augmentera en 2017 mais sans le coup de pouce attendu

Le gouvernement a annoncé ce lundi 19 décembre une revalorisation de 0,93 % du Smic au 1er janvier 2017. Mais sans le « coup de pouce » attendu par les syndicats.

La ministre du Travail, Myriam El Khomri, a expliqué aux partenaires sociaux lors de la Commission nationale de la négociation collective (CNNC) que le Smic horaire passera au 1er janvier de 9,67 à 9,76 euros brut. Une hausse mécanique, ni plus, ni moins, puisqu’elle représente 9 centimes d’euros supplémentaires de l’heure, soit 11 euros net mensuels.

Un salarié rémunéré au Smic touchera donc 1 480,27 euros brut mensuels. Après déduction des cotisations sociales, il percevra 1 153 euros net.

Jean-Claude Mailly, secrétaire général du syndicat Force Ouvrière, a ironisé sur son compte Twitter :

De façon générale, la revalorisation mécanique du salaire minimum interprofessionnel de croissance est calculée en fonction de deux critères : l’inflation et l’évolution des salaires de base pour les ménages les plus modestes (les ouvriers notamment).

Le “coup de pouce” déconseillé par les experts

Un groupe d’experts indépendants composés d’économistes avait remis un rapport de plus de 100 pages au gouvernement. Il préconisait de ne pas augmenter le Smic au-delà du minimum automatique. Selon ses conclusions, un « coup de pouce » supplémentaire aurait eu pour effet « un risque de déstabilisation » du marché du travail « encore fragile ».

De plus, toujours selon les experts auteurs du rapport, une hausse du Smic au-delà de la revalorisation mécanique aurait été un frein à l’embauche.

Ainsi, Myriam El Khomri, a indiqué :

Un coup de pouce au Smic n’est pas la meilleure solution pour améliorer le pouvoir d’achat de nos concitoyens.

Des propos rapportés par l’Agence France Presse, que la ministre a complétés en expliquant préférer une « baisse de la fiscalité » ou « la prime d’activité ». Les experts avaient en effet considéré la prime d’activité plus « efficace » pour lutter contre la pauvreté.

1 800 euros selon la CGT

Le gouvernement n’a donc pas suivi les réclamations de la CGT, de FO et de la CFTC. Ces trois syndicats avaient demandé un « coup de pouce » plus important que la revalorisation mécanique du Smic. Pour parvenir à relancer la consommation et renforcer la croissance, la CGT avait préconisé de fixer le Smic à 1 800 euros brut.

Pierre Jardon (responsable du dialogue social à la CFTC) s’est exprimé auprès de l’Agence France-Presse :

Nous regrettons vivement la décision de la ministre.

Elle ne permettra pas de redonner confiance en la valeur travail et d’agir efficacement contre la pauvreté.

Les syndicats CFDT et CFE-CGC n’avaient, de leur côté, pas exprimé de revendications quant à un « coup de pouce ».

56 euros supplémentaires depuis le début du quinquennat

Le pouvoir exécutif n’a plus octroyé de « coup de pouce » au Smic depuis le 1er juillet 2012. Peu après l’élection de François Hollande, le salaire minimum avait été augmenté de 2 %, au lieu de 1,4 %. Depuis le début du quinquennat de François Hollande, le Smic a augmenté d’environ 56 euros net par mois (+ 5,1 %). Sur la même période, les prix n’ont augmenté que de 1,1 % pour les ménages les plus modestes selon Le Point.

Depuis quelques années, le nombre de Smicards recule, concernant aujourd’hui près de 2 millions de personnes. Mais ce constat révèle dans le détail des écarts importants. Selon l’Insee, la proportion de personnes payées au Smic a baissé dans les entreprises de 10 salariés ou plus, mais pas dans les petites entreprises, où elle est restée quasiment stable.

De plus, en 2016, la revalorisation du Smic a bénéficié davantage aux salariés à temps partiel qu’à temps plein, ainsi qu’aux femmes. Pour preuve, 56,6 % des Smicards sont des femmes alors que celles-ci ne représentent que 43,6 % de l’emploi salarié du secteur privé non agricole.

Le Monde précise que cette hausse inférieure à 1% est très en dessous des revalorisations pratiquées en Grande-Bretagne (+4% en avril 2017), en Allemagne (+4% l’an prochain) ou en Espagne (+8% en 2017) mais que le niveau du salaire minimum en France reste élevé comparé au salaire médian.

Publié le lundi 19 décembre 2016 à 17:46, modifications lundi 19 décembre 2016 à 17:46

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !