Santé

Un ovaire artificiel pour traiter l’infertilité

Nombreuses sont les femmes à souffrir d’infertilité. Des médecins danois semblent avoir trouvé une nouvelle technique basée sur l’impression en 3D.

C’est au Danemark qu’une équipe de médecins a mis au point un ovaire artificiel. Ce dernier a été conçu avec des tissus et des œufs humains. C’est une approche totalement innovante, qui pourrait redonner l’espoir à certaines femmes qui ne peuvent pas concevoir d’enfant. En effet, certains troubles de l’infertilité pourraient être résolus grâce à cette prouesse technique.

Une expérience intéressante

L’ovaire artificiel a été mis au point dans un laboratoire. Les informations nous proviennent de The Guardian. L’organe, entièrement synthétique, a été conçu par bio-impression, avec l’aide d’une imprimante 3D. Or, il est capable de maintenir des œufs humains en vie pendant plusieurs mois.

Aussi, certaines femmes qui ont subi des traitements très agressifs pour soigner un cancer, une leucémie ou encore une sclérose en plaque… pourraient recouvrer leur fertilité. Jusqu’à présent, lorsque ces patientes étaient encore en âge de concevoir, elles étaient démunies et la science ne leur proposait aucune alternative. La congélation d’ovaire, qui était l’alternative thérapeutique la plus aboutie, fonctionnait mal. Même si entre 2004 et 2012, environ 30 enfants sont nés dans le monde des suites d’une greffe de tissu ovarien décongelé.

Mais cette technique ne peut pas convenir à tout le monde. En effet, l’alternative présente des risques lorsque l’ovaire prélevé puis congelé avant le traitement d’un cancer peut entraîner une récidive de la maladie au moment de l’implantation. C’est pour cette raison que les chercheurs se penchent sur de nouvelles techniques. Or, l’impression en trois dimensions d’un ovaire artificiel semble être une piste intéressante à explorer.

Les expériences ont été menées sur sept souris. Or, trois d’entre elles ont donné naissance à des souriceaux en bonne santé ce qui prouve que la technique fonctionne. Le chemin à parcourir est encore long, les médecins estimant que les premiers essais sur des femmes pourraient être envisagés dans cinq à dix ans.

Une belle avancée médicale qui pourrait redonner l’espoir à beaucoup de femmes.

Publié le jeudi 5 juillet 2018 à 13:11, modifications jeudi 5 juillet 2018 à 13:12

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !