Santé

Elle se rend à l’hôpital pour interrompre sa grossesse et accouche d’un bébé vivant…

Une jeune femme, qui avait pris la triste décision d’interrompre sa grossesse car son bébé était lourdement handicapée, a finalement accouché d’un enfant vivant… L’histoire fait grand bruit, l’hôpital affirmant n’avoir commis aucune erreur.

C’est une histoire absolument incroyable, qui fait froid dans le dos, qui s’est déroulée à Boulogne-sur-Mer, dans le Pas-de-Calais. Les parents d’un nouveau-né vivent un véritable cauchemar. En effet, ils avaient pris une décision particulièrement difficile : interrompre la grossesse à huit mois car l’enfant était gravement handicapé. Mais tout ne s’est pas déroulé comme prévu… L’enfant est né vivant.

Erreur médicale ? Manque de chance ? Difficile de savoir exactement ce qu’il a pu se passer… Retour sur l’enfer de ces parents…

Une décision difficile

Il y a quelques jours, une femme enceinte de huit mois et son compagnon ont appris une très mauvaise nouvelle. En effet, leur bébé tant attendu souffrait d’une grave malformation au cerveau. Ils ont pris conscience de la gravité du handicap et ont décidé d’interrompre la grossesse, en accord avec les médecins.

On parle alors d’IMG, Interruption Médicale de Grossesse. Dix jours après le diagnostic, le rendez-vous a été pris. Le 24 juillet, la jeune femme s’est donc rendue à l’hôpital pour subir cette interruption de grossesse.

Un acte médical délicat

Il faut savoir qu’à huit mois de grossesse, l’interruption est délicate. C’est pourtant une pratique devenue classique pour le corps médical. IL s’agit de faire deux injections à la mère. Ces dernières sont fatales pour l’enfant. Puis, on la dirige en salle d’accouchement, et tout se déroule de manière classique. La femme accouche, mais l’enfant est décédé.

Sauf que cette fois… Et bien quand la femme a accouché, le bébé était vivant. Malgré les injections, l’enfant a survécu. Ce qui est problématique ! Car personne ne sait ce que les injections peuvent avoir comme conséquences sur la santé de l’enfant déjà lourdement handicapé.

Quel avenir pour l’enfant ?

Actuellement, le nourrisson boit, et bouge. Mais son avenir est très incertain. Le personnel médical n’a aucune idée de ce qu’il va advenir de cet enfant. Les parents ne souhaitent pas l’abandonner, mais ont l’intention de porter plainte contre l’hôpital. Le bébé va être transféré au CHRU de Lille pour subir des examens médicaux.

Pourtant, l’hôpital affirme qu’aucune erreur n’a été commise. Certes, la situation est terrible, mais ce n’est a priori pas la première fois que ça arrive. Voici ce que la médecin de l’hôpital incriminé a déclaré à La Voix du Nord :

Aucune faute n’a été commise durant l’intervention. Ils ont respecté les procédures à la lettre. Cette affaire est bouleversante mais il n’y a pas eu d’erreurs médicales. Nous sommes face à l’échec d’une IMG. C’est très rare mais cela peut arriver

L’établissement a rapidement prévenu l’Agence régionale de santé. Cette dernière a logiquement décidé de lancer une enquête interne pour découvrir ce qu’il s’est réellement passé.

Publié le vendredi 28 juillet 2017 à 10:33, modifications vendredi 28 juillet 2017 à 17:08

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !