Santé

Santé : chirurgie du cerveau « éveillée »

L’hypnose remplace l’anesthésie, une première mondiale au CHRU de Tours (Indre et Loire).

La chirurgie éveillée ou sous hypnose est une approche novatrice dans la prise en charge des tumeurs cérébrales situées dans les zones fonctionnelles du cerveau.

Au service de neurochirurgie de Tours, cette technique est perfectionnée depuis plusieurs années par les médecins Ilyess Zemmoura (neurochirurgien) et Eric Fournier (anesthésiste hypnothérapeute).

Ces travaux ont été menés au service de neurochirurgie du CHRU Bretonneau de Tours avec l’équipe du docteur Ilyess Zemmoura qui a proposé à 37 personnes atteintes de gliomes (tumeurs cérébrales) de subir l’opération sous hypno-sédation en remplacement de l’anesthésie.

Les premiers résultats ont montré une très bonne tolérance des patients.

Grace à cette avancée, des personnes qui présentent des contre-indications à la technique classique d’anesthésie pourront bénéficier d’une intervention minimisant les risques d’endommager des zones clés de leur cerveau au moment d’ôter la tumeur.

annonce le Dr Ilyess Zemmoura.

L’étude*, réalisée entre 2011 et 2015 a montré la faisabilité de cette technique et à prouvé que les résultats de cette équipe étaient conformes à ceux des travaux déjà rédigés.

chirurgie eveillee schema

Des tests mesurant le stress des patients ont également été réalisés par le Professeur Wissam El-Hage, psychiatre au CHRU de Tours. Les mesures ont confirmé que cette expérience était bien vécue par la majorité des patients.

« Nous opérons entre 20 et 30 patients par an, en chirurgie éveillée : le réel intérêt du développement de l’hypnose sur nos interventions est de pouvoir opérer des patients en chirurgie éveillée, alors qu’ils présentaient des contre-indications à la technique classique d’anesthésie.

Précise le Dr Zemmoura

*etude « Hypnosis for Awake Surgery of Low-grade Gliomas », dont les résultats ont été présentés en décembre 2015 dans la revue Neurosurgery

En France, les tumeurs du cerveau touchent chaque année 5 000 personnes. L’ablation d’une tumeur peut entraîner des séquelles, d’où une certaine réserve à opérer dans certains cas.

Publié le lundi 21 mars 2016 à 13:43, modifications lundi 21 mars 2016 à 12:27

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !