Santé

République démocratique du Congo : Epidémie inquiétante de choléra à Kinshasa

L’Organisation mondiale de la santé a mis en garde, ce lundi matin, contre un haut risque de propagation au choléra en République démocratique du Congo.

Avec une progression rapide de l’épidémie de choléra, l’OMS va redéployer des experts au plus proche des zones touchées. Ils viendront appuyer la Division provinciale de la santé (DPS) de Kinshasa en République démocratique du Congo. Le but étant d’interrompre rapidement la chaîne de transmission. En effet, il s’agirait de la pire épidémie de choléra dans le pays depuis 1994.

23 provinces touchées sur 26

Depuis le début de l’épidémie de choléra en novembre 2017, 554 cas avec 32 décès ont été notifiés à Kinshasa. Or, depuis la 1ère semaine épidémiologique de 2018, 346 cas avec 11 décès ont été rapportés dans 21 zones de santé sur les 35 que compte la ville-province de Kinshasa. Au cours de l’année 2017, la RDC a notifié un total cumulé de 55.000 cas avec 1.190 décès dans le pays, selon les données du système national de surveillance.

L’annonce a été faite aux autorités congolaises par la Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, le Dr Matshidiso Rebecca Moeti, lors d’une visite à Kinshasa lundi 15 janvier, selon un communiqué de l’ONU.

Environ 5.100 maisons ont été détruites et plus de 10.000 personnes se sont retrouvées sans abri suite aux récentes inondations en République démocratique du Congo. Or, ces précipitations devraient considérablement accroître le risque de propagation du choléra à Kinshasa et dans tout le pays, a indiqué une porte-parole de l’OMS, Fadela Chaib, lors d’un point de presse. En effet, celle-ci a précisé que la saison des pluies en cours en RDC doit se poursuivre jusqu’au moins de juin. Or, elle pourrait aggraver la situation.

13 tonnes de matériel et de médicaments

Au cours de sa visite, le Dr Matshidiso Rebecca Moeti a remis au gouvernement treize tonnes de matériel. Ainsi que des médicaments. La directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique a évoqué la contribution de l’organisation onusienne pour faire face à la grave épidémie de choléra qui sévit dans le pays.

Nous avons compris que dans une grande ville comme Kinshasa. Avec 10-12 millions d’habitants, avec les pluies, avec les inondations, le risque de propagation de cette épidémie est très haut. Donc je suis venue pour montrer et pour encourager, donner des instructions à notre équipe, ici.

Pourtant, l’OMS collaborait déjà avec les autorités sanitaires congolaises pour renforcer la riposte face à l’épidémie de choléra. Ainsi, l’Organisation avait déployé une équipe d’experts techniques pour épauler les autorités. Et pour se rendre dans les différents lieux afin de recueillir des données. Evaluer la situation du choléra et dispenser des formations.

Récemment une aide médicale d’urgence comprenant des médicaments, des fournitures et des équipements essentiels ont été acheminés. Elle devait répondre aux besoins de base de 10.000 personnes pour une période de trois prochains mois. L’agence onusienne avait également expédié quatre kits de lutte contre le choléra. Ceux-ci pouvant traiter au total 1.600 cas modérés et 400 cas sévères.

Publié le jeudi 18 janvier 2018 à 9:01, modifications jeudi 18 janvier 2018 à 8:45

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !