Santé

Règles douloureuses : Des chercheurs ont enfin trouvé une explication

Des chercheurs américains ont déterminé que la protéine CRP était responsable des règles douloureuses.

Maux de tête, douleurs dans le bas du ventre, poitrine enflée ou mauvaise humeur, huit femmes sur dix vivent le même enfer tous les mois avant d’avoir leurs règles et subissent le fameux syndrome prémenstruel.

Les raisons physiologiques de ces désagréments étaient jusqu’alors méconnues, mais une étude publiée récemment dans le Journal of Women’s Health pourrait changer la donne et apporter une explication valable.

Des chercheurs de l’université du Massachussetts aux Etats-Unis ont mené une étude sur 3 302 femmes qui a été qualifiée de « révolutionnaire » par le quotidien britannique The Independent. Les recherches ont mis en évidence le rôle d’une protéine dans l’apparition du syndrome prémenstruel.

En effet, les symptômes seraient provoqués par une inflammation aiguë, provoquée par la présence d’une protéine appelée protéine C réactive, communément appelée CRP.

Cette protéine est synthétisée par le foie et apparaît dans le sang en cas d’inflammation de l’organisme. Généralement, on mesure son taux pour évaluer les risques de maladies cardiovasculaires, d’AVC ou de crise cardiaque. Ainsi, selon les chercheurs à l’origine de l’étude, les femmes qui souffrent de syndrome prémenstruel ont de forts niveaux de CRP dans le sang.

Ils ont précisé que des études plus approfondies étaient nécessaires pour déterminer le rôle exact de la protéine sur chaque symptôme. Cependant, les auteurs de l’étude espèrent que leurs conclusions permettront d’aider les équipes médicales à mieux accompagner les femmes (ou les hommes transgenres) sujets au syndrome prémenstruel, en leur prescrivant des médicaments anti-inflammatoires plus en adéquation avec leurs douleurs. Les médecins pourront ainsi leur recommander d’éviter certains comportements qui favoriseraient le déclenchement de l’inflammation, tels que le tabagisme, le surpoids ou l’obésité.

Si cette étude fait figure d’exception, le sujet suscitant que peu d’intérêt de la part des chercheurs, le docteur John Guillebaud de l’University College London avait pourtant relancé le débat en février dernier.

En effet, The Independant, l’a cité lorsqu’il affirme que les douleurs ressenties pendant les règles peuvent être aussi violentes que celles ressenties lors d’une crise cardiaque.

Il était donc nécessaire de s’emparer de ce sujet trop longtemps délaissé.

Publié le jeudi 23 juin 2016 à 10:11, modifications jeudi 23 juin 2016 à 10:16

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !