Santé

Pourquoi nos gueules de bois s’aggravent-elles avec l’âge ?

Plusieurs phénomènes liés au vieillissement permettent d’expliquer l’aggravation des gueules de bois avec l’âge.

C’est un phénomène désormais bien connu : plus on vieillit, plus nos gueules de bois deviennent longues et difficiles. Et c’est bien normal, puisque notre corps évolue au fil des années, et avec lui la façon dont nous assimilons l’alcool.

Ainsi, d’après de nombreux spécialistes, notre corps perd en plasticité avec l’âge, raison pour laquelle nous mettons plus de temps à nous remettre de ce type d’intoxications. Pour la même quantité d’alcool ingurgité, les effets négatifs ressentis ainsi que le taux d’alcoolémie seront supérieurs chez un sujet âgé par rapport à un sujet jeune. Il devient donc de plus en plus dangereux d’en abuser à mesure que nous vieillissons.

Une métabolisation réduite de l’alcool

Lors d’une consommation d’alcool, celui-ci est traité par le foie en deux étapes. Il est d’abord transformée en acétaldéhyde, une molécule toxique qui est responsable de nombreux effets secondaires de l’alcool comme les vertiges ou les maux tête. Puis, ce composant est converti en acide acétique, qui sera ensuite éliminé à travers l’urine.

Ce système d’évacuation, qui fonctionne très bien chez les jeunes, devient de moins en moins efficace avec l’âge. Ainsi, à partir de l’âge de 60 à 70, et parfois même avant, les enzymes responsables de ces transformations successives deviennent moins performantes. Ce phénomène est lié soit à un vieillissement normal des cellules, soit à certaines maladies qui affectent le fonctionnement du foie.

Mais le foie n’est pas le seul organe en cause dans l’aggravation des gueules de bois avec l’âge. En effet, une étude a récemment montré que le cerveau devient également plus sensible à l’alcool, avec des effets secondaires plus présents comme des somnolences ou des pertes de mémoire.

Le mode de vie modifie l’assimilation de l’alcool

Bien que l’alcool se dissolve principalement dans l’eau contenue dans notre corps, celui-ci pénètre efficacement la graisse contenue dans les tissus adipeux. Or, notre corps a tendance à accumuler davantage la graisse avec l’âge. L’alcool touche donc plus facilement les organes que par le passé lorsque vous vieillissons. Outre ce phénomène, le foie peut être fragilisé par une mauvaise alimentation, comme le montre l’épidémie actuelle de maladie du soda, liée à l’explosion de la malbouffe.

Certaines maladies comme l’hépatite C, mais également d’autres pathologies peuvent également avoir un impact négatif sur le fonctionnement du foie. Celui-ci est alors moins efficace pour éliminer l’alcool, les effets secondaires sentis deviennent alors de plus en plus difficiles à supporter.

Enfin, certains traitements médicamenteux peuvent également avoir une influence sur la capacité du corps à assimiler l’alcool. Les personnes âgées ont ainsi tendance à prendre davantage d’anxiolytiques comme le Xanax, qui peuvent aggraver les effets de l’alcool lorsqu’ils sont consommés en même temps.

Les buveurs précoces sont davantage concernés

Les buveurs ayant commencé à consommer de l’alcool très jeunes auront tendance à développer plus tôt des symptômes liés à une mauvaise assimilation. D’un point de vue cérébral, on sait en effet qu’une exposition régulière à l’alcool pendant le développement du cerveau a des conséquences néfastes sur le cortex frontal, ce qui aura tendance à aggraver les effets secondaires avec l’âge.

D’autres études ont montré qu’une consommation excessive d’alcool pendant la vingtaine et la trentaine augmentait drastiquement les chances de souffrir de pathologies mentales comme la dépression vers l’âge de 60 ans. Les buveurs tardifs sont au contraire moins concernés par ce phénomène.

De nombreux articles parus ces dernières années ont montré que le fait de boire un ou deux verres de vin par jour présentait des bienfaits importants pour la santé. Jeanne Calment, qui a vécu jusqu’à l’âge de 122 ans, préconisait ainsi de boire un verre de porto par jour.

Tous les médecins insiste donc sur le fait que c’est la modération qui permet de limiter les effets du vieillissement sur la santé, y compris pour ce qui est de l’alcool. En effet, plusieurs études menées ces dernières années ont montré que le mode de vie a plus d’importance encore que le vieillissement sur notre capacité à assimiler l’alcool. Cela s’explique notamment par le fait que le foie peut être très résistant sur le long terme lorsqu’il n’est pas constamment mis à rude épreuve par une consommation excessive.

Publié le dimanche 24 juin 2018 à 9:33, modifications dimanche 24 juin 2018 à 9:20

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !