Santé

Plus vous passez de temps sur vos écrans à lumière bleue, plus vous augmentez vos chances de devenir aveugle

Ils semblent désormais si indispensables à nos vies qu’on en oublie leur dangerosité potentielle. Une nouvelle étude montre que l’utilisation prolongée des écrans à lumière bleue détruit la rétine.

Nature, hebdomadaire scientifique de renom, publie les conclusions d’une étude sur la lumière bleue. Alors qu’on la savait déjà capable de perturber le sommeil, on ajoute désormais à sa charge, la dégradation de la vision. De plus, selon les chercheurs à l’origine de ces travaux, les conséquences seraient définitives.

La lumière bleue dans le processus de vision

Afin que nous puissions voir, la lumière, une fois en contact avec notre oeil, interagit avec ses photorécepteurs. Ces cellules situées dans la rétine activent alors, en leur sein, une molécule qui leur est indispensable : le rétinal. Toutefois, la lumière bleue a un potentiel nocif. Aussi, à partir de 2h30 d’exposition continue à ce faisceau issu des écrans, se produit une réaction chimique en chaine.

En effet, le rétinal devient toxique, puis altère la membrane de la cellule photoréceptrice. Enfin, devenue défectueuse, celle-ci finit par mourir. Une réaction chimique encore plus puissante et dévastatrice lorsque l’on regarde l’écran dans l’obscurité, car à ce moment les pupilles sont dilatées.

L’exposition prolongée à la lumière bleue, cause de cécité

Or, cette molécule, à la base même de la vision, ne se renouvelle pas. Par ailleurs, plus on vieillit, moins notre organisme a les capacités de proposer des alternatives à la destruction des photorécepteurs. Ce qui constitue deux facteurs au développement d’une dégénérescence maculaire ou DMLA.

C’est-à-dire, une perte progressive de la capacité de voir, touchant la macula et pouvant rendre aveugle. De fait, cette pathologie arrive en tête des causes de cécité, dès 50 ans, en France. En outre, à partir de la soixantaine, ce sont désormais des taches indélébiles qui apparaissent.

Un espoir de stopper les effets de la lumière bleue

Cependant, des pistes de solution existent. En plus des comportements de réduction des risques d’exposition prolongée, il est recommandé de porter des lunettes filtrant la lumière bleue. D’autre part, une molécule protectrice susceptible d’empêcher l’interaction rétinal-lumière bleue est envisagée.

Appelée tocophérol, il s’agit d’un dérivé de la vitamine E, qui prévient la destruction des photorécepteurs. L’idée, à terme, est de pouvoir l’administrer sous forme de goutte. Dans cette optique, le public-cible est celui des plus jeunes. En effet, le cristallin des enfants ne sait pas filtrer la lumière.

Publié le mardi 14 août 2018 à 17:36, modifications mardi 14 août 2018 à 14:45

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !