Santé

Plus de 14% des cas de diabète sont causés par la pollution de l’air

Cette étude met bien en évidence le lien entre pollution et diabète, n’en déplaise aux grandes industries polluantes.

D’après une étude récente, la pollution de l’air dans le monde fut directement responsable de 3,2 millions de nouveaux cas de diabète pour la seule année 2016. Cela représente 1 cas sur 7, un chiffre énorme qui permet de mieux comprendre les liens entre les particules en suspension dans l’air et le développement du diabète.

Un mécanisme en voie d’identification

Cette étude vient d’être publiée dans la revue The Lancet Planetary Health, ce samedi 30 juin 2018. Et ses conclusions sont alarmantes, puisqu’on y apprend que la pollution de l’air est directement responsable de 3,2 millions de cas de diabète supplémentaire, soit 14% de tous les cas recensés dans le monde. Initiée par des scientifiques issus de la faculté de médecine de Saint-Louis aux Etats-Unis, cette étude montre également les mécanismes à l’oeuvre qui permettent de l’expliquer.

En effet, la pollution serait un facteur de réduction de la production d’insuline par le corps et provoquerait de multiples inflammations. Ces dernières entraveraient ensuite le processus de conversion du glucose en énergie, de sorte que le premier s’accumulerait dans le sang.

Pour établir leur estimation, les chercheurs ont étudié les données médicales d’1,7 millions d’anciens soldats américains, sélectionnés pour leur absence de diabète au début de cette étude qui a duré 8 ans.

Les pays pauvres sont les plus concernés

Les chercheurs ont ensuite mesuré les taux de pollution dans les lieux où vivent ces anciens combattant et ont étudié statistiquement sa potentielle influence sur l’apparition du diabète. Cette étude de grande ampleur a ensuite permis de démontrer le lien causal entre ces deux phénomènes, comme l’affirme le professeur Riyad Al-Aly.

En effet, d’après le scientifique, cette conclusion permettra peut-être de contrer la politique des grands lobbys des industries polluantes, qui ne cessent de vouloir augmenter le seuil de pollution maximum pour générer toujours plus de profit.

Enfin, l’étude permet également de montrer que les pays les plus touchés par ce type de diabète causé par la pollution sont souvent situés dans les zones les plus pauvres. Ainsi, l’Inde, l’Afghanistan ou encore la Papouasie-Nouvelle-Guinée sont cités comme faisant partie des nations avec le plus haut risque. Les pays les plus riches comme La France ou la Suède sont quant à eux beaucoup plus épargnés.

Publié le mardi 3 juillet 2018 à 10:36, modifications mardi 3 juillet 2018 à 9:58

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !