Santé

France : L’anti-épileptique Dépakine responsable de malformations congénitales

Après l’affaire Mediator qui avait grand bruit à l’époque, un nouveau scandale sanitaire risque de faire couler beaucoup d’encre dans les jours à venir. Et pour cause, l’inspection générale des affaires sociales a confirmé le scandale à propos du valproate de sodium, un anti-épileptique présent notamment dans le Dépakine. Alors que les dangers de ce produit étaient connus, il a toutefois été maintenu sur le marché. 450 cas de malformations congénitales sont connus à ce jour.

La sonnette d’alarme est tirée. C’est confirmé, l’anti-épileptique Dépakine (prescrit pour prévenir les crises d’épilepsie et les troubles bipolaires) aurait entraîné 425 à 450 malformations à la naissance.

Les femmes enceintes traitées avec la Dépakine auraient été informées tardivement. Dans un rapport rendu public mardi 23 février 2016, l’Igas (Inspection générale des affaires sociales) préconise des inspections de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) auprès des industriels et dénonce le

manque de réactivité

des autorités sanitaires et du laboratoire Sanofi. Les premiers soupçons portant sur les risques de malformations congénitales ont commencé à circuler depuis les années 1980.

On partait du principe qu’il valait mieux ne pas trop en dire au patient, qu’il revenait au médecin de l’informer. Cela a changé.

a déclaré Dominique Martin, directeur général de l’Agence nationale de sécurité du médicament.

Il est précisé que depuis avril 2015, la dépakine ne doit plus être prescrit aux femmes en âge d’avoir des enfants. Les patientes doivent signer un formulaire de consentement, et le présenter au pharmacien avec l’ordonnance. Commercialisée en France par Sanofi depuis 1967, la Dépakine est vendu par le laboratoire français sous les marques Depakote et Depamide.

Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Paris fin septembre 2015 afin d’en savoir un peu plus sur les conditions d’autorisation et de commercialisation de ce médicament et de ses dérivés (Dépakine, Dépakote, Dépamide, Micropakine) à base de valproate de sodium. Ces derniers sont notamment prescrits pour le traitement de l’épilepsie et des troubles bipolaires.

Publié le jeudi 25 février 2016 à 10:04, modifications jeudi 25 février 2016 à 10:04

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !