Santé

Mesures santé du gouvernement : La couverture vaccinale des bébés en hausse

Voté en 2018, le passage de 3 à 11 vaccins obligatoires a entraîné une augmentation de la couverture vaccinale des bébés. Résultat ? 98,6 % des enfants nés entre janvier et mai 2018 étaient couverts par le vaccin dit « hexavalent ».

Les français auraient-ils désormais de nouveau confiance aux vaccins ? C’est en tous cas la conclusion que l’on peut tirer du premier bilan des mesures santé du gouvernement. En effet, ce lundi 25 mars, Edouard Philippe a détaillé les conséquences du passage de 3 à 11 vaccins obligatoires. 

“L’obligation a porté ses fruits”

Depuis le 1er janvier 2018, onze vaccins sont devenus indispensables à l’enfant pour être admis en collectivité (crèche, école…). Si auparavant, seuls 3 d’entre eux étaient obligatoires, cette nouvelle règle a semble-t-il porté ses fruits.

L’obligation a porté ses fruits. Les parents ont accepté de faire vacciner leurs enfants tel que ça leur a été demandé

se félicite Odile Launay, infectiologue à l’hôpital Cochin relayée par nos confrères de RTL.

De fait, la couverture vaccinale est passée à 98.6% chez les bébés. Elle n’était que de 93% avant son extension obligatoire. Autre exemple, la couverture vaccinale contre les infections à méningocoque C – qui était estimée à 39,3 % en 2017 – est passée à 75,7 %  en 2018.

Une conséquence de la défiance d’une partie de la population envers les vaccins. D’après une enquête publiée en octobre 2016 et relayée par Le Point, seulement 69 % des personnes interrogées disent faire confiance à la vaccination, proportion la plus basse depuis 2012.

Dans la situation où était la France, c’était probablement la seule solution. Même si on aurait souhaité que les parents d’eux mêmes acceptent de faire vacciner leurs enfants

estime-t-elle.

Dans une étude de 2016, [la France] était le pays au monde où il y avait le plus de personnes qui se posaient des questions sur la sécurité des vaccins

rappelle Odile Launay.

Toutefois, des efforts sont encore à fournir, notamment concernant la rougeole qui a fait son retour cette année. Selon l’infectiologue,”la couverture vaccinale est insuffisante”. Pour elle, “on devrait pour éliminer ce virus avoir plus de 95% de la population vaccinée” alors qu’aujourd’hui “on estime qu’on est aux alentours de 80%”.

Publié le mardi 26 mars 2019 à 12:02, modifications mardi 26 mars 2019 à 12:08

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !

En direct