Santé

Les symptômes hallucinants du syndrome d’Alice au pays des merveilles

Le syndrome d’Alice au Pays des Merveilles est une maladie peu connue qui peut pourtant provoquer des hallucinations impressionnantes.

Le syndrome d’Alice au Pays des Merveilles, nommé ainsi d’après le chef-d’oeuvre de l’écrivain Lewis Carroll, est une maladie très rare dont les symptômes sont très impressionnants. Causé par une prédisposition à de fortes migraines, notamment chez les enfants, il peut entraîner des déformations visuelles impressionnantes, comme des modifications vertigineuses de la taille d’objets ou de la perception de son propre corps (membres allongés ou minuscules), ou encore des hallucinations auditives.

Lewis Carroll en était sûrement victime

Ce syndrome, observé pour la première fois par le psychiatre britannique John Todd, est le plus souvent identifié chez des personnes souffrant de migraines. Le symptôme principal est une perception altérée de la taille des objets et de leur propre corps, mais ces derniers se plaignent aussi d’importantes déformations de perception temporelle. Toutefois, contrairement à des patients schizophrènes qui peuvent parfois ressentir des symptômes similaires, ceux atteints du syndrome d’Alice au Pays des Merveilles gardent l’esprit lucide et savent très bien faire la distinction entre leurs hallucinations et la réalité.

De nombreux indices laissent ainsi penser que Lewis Carroll en était également victime. Ainsi, le psychiatre Jon Todd avait émis l’hypothèse qu’il avait tiré son inspiration pour Alice au Pays des Merveille de sa propre expérience. L’auteur était sujet à de violentes migraines, et avait même consulté un ophtalmologue en 1856 pour des problèmes de vision liés à ses migraines !

Des causes bien identifiées

Au niveau cérébral, ces hallucinations impressionnantes s’expliquent par le phénomène de vasoconstriction des vaisseaux sanguins pendant des épisodes de migraines, qui entraîne une irrigation inégale de certaines zones du cerveau. Ces dernières ne reçoivent donc plus l’apport en glucose suffisant. En fonction des zones du cerveau touchées, les hallucinations vont ainsi prendre des formes différentes : elles pourront être auditives, visuelles, ou affecter la perception du temps ou de son propre corps.

Mais ces symptômes ne sont pas uniquement liés à la migraine. En effet, certaines personnes atteintes d’épilepsie peuvent souffrir d’hallucinations encore plus impressionnantes, comme le fait de voir un de leur membre carrément disparaître ! La schizophrénie et l’absorption de drogues psychédéliques comme les champignons hallucinogènes peuvent également provoquer des hallucinations similaires, tout comme la grippe A, la mononucléose et la maladie de Lyme, d’après plusieurs chercheurs.

 

Publié le lundi 7 mai 2018 à 10:37, modifications lundi 7 mai 2018 à 13:19

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !