Santé

Les fongicides SDHI, un danger pour l’alimentation

Dans une tribune alarmiste publiée dans Libération, un collectif de chercheur tire la sonnette d’alarme quant à l’usage intensif des fongicides SDHI par les agriculteurs. Cette substance pourrait causer des maladies chez l’être humain.

Usage intensif

Vous ne connaissez pas les fongicides SDHI ? Pourtant, ils sont partout. Sur 70% des surfaces de blé tendre. Et 80% des surfaces d’orge d’hiver. Sans parler des semences de raisons et agrumes… Pourquoi ? Un effet prouvé dans l’élimination des champignons. Résultat, pour les agriculteurs, c’est presque indispensable pour protéger la production. Ils détruisent les champignons et moisissures en annulant l’action de la succinate déshydrogénase (SDH).

Génial donc ? En fait, c’est plus compliqué. Le blocage de la SDH aurait des conséquences sur le corps humain. Cela provoque l’accumulation d’une molécule, le succinate. A terme, cela provoquerait de véritables mutations génétiques. Des milliers de gènes peuvent se retrouver déréglés et provoquer l’apparition de cancers et tumeurs. C’est pour cette raison que les chercheurs demandent la suspension de l’utilisation de ce produit.

La respiration cellulaire et l’enzyme SDH, universelles, fonctionnent dans toutes les espèces vivantes. Comment ne pas se sentir concernés par la présence des SDHI dans nos assiettes à travers la contamination des aliments ? Comment de tels pesticides ont-ils pu être mis sur le marché avec l’assurance de n’avoir aucun impact sur la santé humaine, mais aussi sur l’écosystème tout entier ?

Ils demandent donc des études supplémentaires. Les SDHI sont à l’heure actuelle présents dans toute notre alimentation. Il faudra donc des études indépendantes, car tous les secteurs sont touchés et donc potentiellement partiaux.

Publié le mercredi 18 avril 2018 à 15:46, modifications mercredi 18 avril 2018 à 15:29

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !