Santé

Les calculs rénaux ressemblent en fait… à des coraux !

La structure chimique des coraux ressemblent à l’agglomération de couches sédimentaires qui composent les coraux marins.

Dans le cadre d’une nouvelle étude passionnante, des calculs rénaux ont été analysés grâce à des techniques d’observation normalement utilisées en géologie. Ces derniers se sont ainsi révélés très semblables à la composition minéralogique des coraux océaniques. Qui aurait crû que ces dépôts connus pour être particulièrement douloureux ressemblaient en fait à d’inoffensifs minéraux marins !

Une maladie particulièrement douloureuse

Les calculs rénaux sont de petits cailloux anormaux produits dans les reins, qui provoquent des douleurs extrêmement intenses, notamment lorsqu’ils sont évacués par les voies naturelles. Et il s’agit d’une maladie assez répandue, puisqu’elle concerne 12% des hommes et 7% des femmes. La plupart du temps, ces cailloux sont composés d’oxalate de calcium, et la médecine a tendance à les considérer comme étant un composé homogène et difficilement éliminable chimiquement.

Mais grâce à cette nouvelle étude dirigée par Bruce Fouke, un éminent microbiologiste issue de l’université de géologie de l’Illinois, en association avec un médecin de la clinique Mayo spécialisé dans les techniques d’imagerie optique innovantes, une nouvelle voie vient de s’ouvrir pour traiter cette maladie.

Une structure chimique “vivante”

L’étude a été menée sur des patients de la clinique Mayo. Les deux chercheurs ont en effet analysé des calculs rénaux grâce à plusieurs techniques optiques ainsi qu’avec une spectrographie aux rayons X. Ces techniques, qui n’avaient jamais été appliquées de cette façon auparavant, vont peut-être permettre de faire évoluer les idées reçues au sujet de l’oxalate de calcium qui composent les lithiases urinaires.

Dans les résultats de cette étude, qui ont récemment été publiés dans la revue Science Reports, on peut en effet lire que les calculs d’oxalate de calcium sont loin d’être des minéraux homogènes. Ils sont en effet composés de plusieurs couches superposées de matière organique et de cristaux, avec par endroit de gros morceaux de cristaux particulièrement visibles.

Grâce à cette étude, on sait donc désormais que les calculs se développent par couche, d’une façon assez similaire à la constitution des coraux. Ils sont donc loin d’être de simples agglomérations de cristaux, et peuvent au contraire témoigner du mécanisme de fonctionnement progressif des reins. Cette découverte ouvre la voie pour de nouveaux traitements basés sur une dissolution chimique des cristaux, ce que personne n’envisageait auparavant. 

 

Publié le vendredi 21 septembre 2018 à 10:51, modifications vendredi 21 septembre 2018 à 8:52

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !