Santé

Pourquoi l’envie de baîller se transmet-elle ?

Une étude a permis de montrer que les psychopathes ne sont pas autant sujets que nous à l’envie de bâiller… Une découverte qui nous permet d’en savoir plus sur la fonction socialisante de ce geste étrange.

La contagion de l’envie de bailler est un fait connu de tous. En effet, celle-ci peut survenir à n’importe quel moment, même si l’on est parfaitement reposé. Bien que nous ne connaissions toujours pas avec exactitude quel besoin physiologique ce geste étrange permet de satisfaire, nous savons aujourd’hui que bailler est facteur socialisant important pour notre espèce !

Les neurones miroirs sont à l’oeuvre

Lorsqu’on y pense vraiment, le bâillement est un réflexe étrange. Ce geste qui consiste à étirer les muscles de la bouche et de la mâchoire tout en inspirant un grand bol d’air pourrait ainsi servir à oxygéner le cerveau, mais rien n’est mois sûr.

Mais si son origine reste floue, l’utilité sociale du bâillement est aujourd’hui prouvée. En effet, la contagion du fait de bailler s’explique par la présence dans le cerveau de neurones miroirs, à l’origine de notre sentiment d’empathie. Ces neurones expliquent nos capacités de mimétisme ainsi que notre capacité à nous reconnaître dans les autres.

Ainsi, une étude menée par les chercheurs de l’université de Baylor au Texas a permis de montrer que les personnes ayant des troubles de l’empathie, et notamment les psychopathes et autres narcissiques, ne sont pas sujets à la transmission du bâillement.

Bailler pourrait donc avoir une fonction socialisante importante, qui nous permet de sympathiser avec les autres ou au contraire de détecter un prédateur dépourvu d’empathie. Nous sommes d’ailleurs prêts à parier que vous avez baillé plusieurs fois en lisant cet article… ou pas !

 

Publié le lundi 5 mars 2018 à 18:21, modifications lundi 5 mars 2018 à 17:22

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

1 Commentaire