Santé

L’enquête sur les pilules contraceptives controversées est classée sans suite

De nombreuses investigations ont été menées pendant plus de quatre ans sur les effets parfois controversés de la pilule contraceptive. Et enfin, les conclusions ont été rendues par le Parquet, en juin dernier. Il semble que ces différentes enquêtes n’aient pas permis de déterminer une infraction pénale quelconque.

Mais plusieurs plaignantes, trois particulièrement, ne veulent pas en rester là. Elles ont décidé de déposer une nouvelle plainte.

Une affaire qui date de 2012

C’est en 2012 que l’affaire éclate au grand jour. Une femme, Marion Larat, devient lourdement handicapée après un AVC. Selon elle, c’est la pilule de troisième génération Méliane, du groupe allemand Bayer, qui est en cause. Elle débute alors un lourd combat, très médiatisé.

Son combat a été très médiatisé, et finalement, ce sont 130 plaintes qui ont été déposées contre les pilules contraceptives. Toutes ces plaintes ont été centralisée au pôle de santé publique dans le cadre d’une enquête pour atteinte involontaire à l’intégrité de la personne. Ces plaintes visaient 29 marques de pilules de 3e et 4e générations, huit laboratoires et l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM).

Une enquête sans résultat

L’enquête n’a pas permis d’établir un lien de causalité entre la prise de ces pilules contraceptives et les pathologies que les femmes ont développé. Ces conclusions ont bien évidemment provoqué l’incompréhension et surtout la déception chez les plaignantes.

D’ailleurs trois plaignantes n’ont pas l’intention d’en rester là. Elles veulent porter plainte à nouveau avec constitution de partie civile qui visera directement les laboratoires et l’ANSM.

Des risques liés à ces pilules contraceptives

Malgré ces conclusions, on sait que l’agence du médicament en cause avait, après la plainte de Marion Larat, conduit le groupe a renouveler les recommandations. Ces dernières ne doivent être prescrites qu’en second recours car elles présentent des risques plus importants de voir développer des accidents vasculaires cérébraux et des embolies pulmonaires.

La prudence est donc de mise. Affaire à suivre…

Publié le mercredi 20 septembre 2017 à 12:44, modifications mercredi 20 septembre 2017 à 11:01

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !