Santé

L’école de sa fille pensait qu’elle était ivre, la réalité était pire

Une mère de famille a eu les prémices d’une maladie rare alors qu’elle emmenait sa fille e 3 ans à l’école. Aujourd’hui, elle vit dans un fauteuil roulant.

Elle marchait en titubant

Ce jour-là, en 2017 , Charlotte Devient emmène sa petite fille de 3 ans nommée Poppy à l’école. Mais, soudain, la jeune Britannique de 25 ans commence à tituber. Elle ne comprend pas ce qu’il se passe. Cela lui arrive depuis des semaines maintenant.

L’école de ma fille m’a demandé si je buvais, et j’étais mortifiée. C’est à ce moment que j’ai réalisé que quelque chose n’allait vraiment pas

explique-t-elle à nos confrères de The Independent. Elle prend peur que l’école alerte les services sociaux et qu’on lui retire sa fille. Elle va donc finalement voir un médecin. Il pense d’abord qu’il s’agit d’un stade précoce de la sclérose en plaques.

Un mois plus tard, Elle n’a plus de sensations dans certaines parties de son corps. Elle est admise à l’hôpital de Southampton. On lui diagnostique alors une maladie auto-immune rare, le syndrome de Guillain Barré. Détectée très tard chez la jeune femme, elle a eu des conséquences sérieuses.

Mes bras et mes jambes étaient sans vie pendant environ huit jours. J’ai pu bouger ma jambe droite quatre jours après avoir reçu mon injection intraveineuse d’immunoglobuline, ainsi que mon bras gauche et j’ai enfin pu serrer mes mains.

Aujourd’hui encore, elle doit se déplacer en fauteuil roulant. Surtout, elle ne peut rien faire seule. Pour elle-même ou pour sa fille.

Publié le jeudi 26 avril 2018 à 8:34, modifications mercredi 25 avril 2018 à 18:05

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !