Santé

Le seuil des 6000 greffes a été atteint en 2017

6000 greffes qui ont été effectuées en 2017. Un chiffre qui ne doit cependant pas nous faire oublier que près de 24 000 personnes attendent une greffe chaque année en France.

Pour la seule année 2017 se sont près de 6000 greffes qui ont été effectuées. Ce seuil symbolique constitue un chiffre encourageant, puisqu’il nous rapproche de l’objectif de 7800 greffes fixé pour 2021 par l’agence de la biomédecine.

Une progression encourageante

Malgré le caractère encourageant de cette progression, il faudra progresser sur le nombre de greffons prélevés sur des des individus vivants. En effet, la plupart sont aujourd’hui pris sur des corps en état de mort cérébrale. Il faudra ainsi atteindre 1000 donneurs vivants en 2021 pour réaliser l’objectif fixé.

En 2017, ce sont près de 6105 greffes qui ont été réalisées, ce qui correspond à une augmentation de 3,5 % par rapport à l’année précédente, et de près de 19 % par rapport à 2013. En outre, la greffe de rein reste toujours la plus récurrente, puisqu’on comptabilise en effet 3782 greffes en 2017, soit plus de la moitié de toutes les opérations effectuées, avec en tout 611 donneurs vivants. Puis viennent les greffe du foie, du coeur, des poumons, du pancréas et des intestins.

Un taux de réussite important

D’après l’agence de la biomédecine, on compte aujourd’hui en France près de 57 000 personnes vivant avec un greffon en bon état de marche. En outre, le taux de succès est excellent, puisque 75 % de ces individus ne font aucun rejet 10 ans après l’opération.

Malgré ces indicateurs encourageants, il y a toujours 24000 personnes qui attendent un don d’organe en 2017. C’est donc bien plus que le nombre de donneurs. Il est donc très important de réaffirmer l’importance de ce don. Pour encourager cela, les autorités permettent maintenant aux amis d’un malade d’effectuer un don s’ils peuvent prouver que leurs liens d’amitié remontent à plus de deux ans (ce dernier critère ayant été instauré pour éviter tout achat illégal d’organe).

Ce qu’en dit la loi

Dans le droit français, on compte deux principes fondateurs pour encadrer les greffes. Le premier et le consentement présumé : en effet, si l’on n’a pas exprimé le souhait de ne pas donner un organe, la loi nous considère comme donneur potentiel. Le deuxième principe est la gratuité du don et son caractère anonyme, sauf pour les individus vivants.

Enfin, le 22 juin prochain sera organisé la journée National du don d’organe afin de sensibiliser la population à cette problématique importante.

Publié le vendredi 15 juin 2018 à 9:21, modifications vendredi 15 juin 2018 à 8:41

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !