Santé

L’aluminium présent dans les vaccins serait neurotoxique…

Ce n’est pas la première fois que ce délicat sujet est abordé. Mais cette fois, c’est une étude financée par l’ANSM, l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament, qui met en lumière les effets neurotoxiques causés par l’aluminium présent dans certains vaccins…

Ce sont des chercheurs qui ont décelé des effets neurotoxiques après l’injection d’aluminium. Comme ce dernier est souvent présent dans les vaccins, ils se demandent s’il ne pourrait pas être à l’origine de lésions, notamment à cause de certaines prédispositions génétiques.

C’est pour cette raison qu’une nouvelle fois, on se pose l’épineuse question : l’aluminium présent dans les vaccins peut-il être dangereux pour la santé ? C’est justement à cette question que l’équipe du professeur Romain Gherardi a souhaité répondre.

Le sujet a été abordé par ce groupe de chercheurs. Ces derniers ont rendu un rapport au mois de mars dernier. Les journalistes du Parisien y ont enfin eu accès, et les conclusions sont édifiantes.

Une prédisposition génétique

Les chercheurs ont utilisé des souris pour vérifier les effets de l’aluminium sur l’organisme. Ils ont donc injecté l’adjuvant aluminique présent dans les vaccins, dans les muscles des animaux. Or, il se trouve que même à très faible dose, des effets neurotoxiques ont été constatés. Toutes les souris n’ont pas été sujettes à ces troubles, mais certaines ont développé des troubles du comportement.

Tous les sujets n’étant pas concernés, les chercheurs envisagent la prédisposition génétique. Certains patients réagiraient plus que d’autres à l’aluminium. En réalité, ils parlent de sept gènes qui sont plus représentés chez certains patients que chez d’autres. Ces derniers ont développé une myofasciite à macrophages après avoir reçu de l’aluminium. Il s’agit d’une une lésion qui provoque de la fatigue, voire des troubles neurologiques.

Une grande première

C’est la première fois qu’une prédisposition génétique est envisagée dans les réactions à l’aluminium. Devant l’ampleur de ces recherches, l’ANSM a demandé un approfondissement de ces dernières. L’agence a également appelé les pouvoirs publics à prendre leurs responsabilités dans ce dossier très délicat.

Mais pour l’instant, le Ministère de la santé a déclaré qu’il n’y avait à ce jour aucun argument scientifique permettant de démontrer la dangerosité de l’aluminium présent dans les vaccins. En revanche, le Ministère encourage les chercheurs à poursuivre leurs études dans ce domaine. A suivre…

Publié le samedi 23 septembre 2017 à 10:26, modifications samedi 23 septembre 2017 à 10:26

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

3 Commentaires