Santé

L’alcoolorexie, nouveau trouble du comportement alimentaire en vogue

Économiser des calories en sautant des repas pour pouvoir boire de l'alcool sans prendre de poids

Étant très calorique, l’alcool entraîne une prise de poids évidente pour les plus grands consommateurs. Certaines femmes ont cependant trouvé la parade pour pouvoir en boire sans prendre un gramme. Il s’agit du principe de l’alcoolorexie (drunkorexia en anglais)

The Independant révèle qu’un nombre de plus en plus élevé de femmes réduiraient rigoureusement leur alimentation, voire sauteraient carrément des repas afin de diminuer leur apport calorique journalier. Ces calories ainsi économisées sont ensuite dédiées à leur consommation d’alcool. Bien que cette pratique dangereuse ne soit pas encore cliniquement reconnue, elle rappelle notamment l’anorexie, à savoir la peur excessive de grossir. Ce phénomène peut toucher les deux genres mais ce sont surtout les femmes qui sont adeptes du phénomène.

Une étude australienne, menée par les psychologues Alissa Knight et Susan Simpson, rapporte que près de 60% des étudiantes australiennes seraient concernées :

Les symptômes de l’alcoolorexie les plus courants chez les étudiantes sont le fait de sauter des repas (37,5%), la consommation de boissons alcoolisées sans sucres et à faible indice calorique (46,3%) et la pratique d’un exercice physique à la suite d’une soirée alcoolisée pour éliminer (51,2%).

Une habitude dangereuse

La pression de rester mince pèse sur les épaules des femmes. Les photos retouchées de mannequins aux corps soi-disant parfaits font se développer nombre de complexes chez certaines d’entre elles. Les magazines féminins rappellent aussi constamment à leur lectrices que l’alcool est à bannir si elles souhaitent garder la ligne. On leur conseille alors de privilégier les alcools blancs accompagnés d’un soda light plutôt qu’une bière. Pour celles qui veulent garder la ligne tout en continuant de boire, l’idée est de restreindre leur alimentation en semaine afin de pouvoir boire sans complexes le week-end.

Diminuer l’alcool et non la nourriture

Rhiannon Lambert met en garde contre l’alcoolorexie. Elle explique que cette pratique peut conduire à de graves complications physiques et mentales. Boire le ventre vide est extrêmement mauvais pour l’organisme et pourrait endommager les fonctions premières de certains organes :

Faire cela régulièrement peut provoquer des maladies chroniques touchant le foi et le cœur, au long terme. Cela augmente également le risque de manquer de vitamines et minéraux. (…) S’il est bon de savoir combien de calories contient votre boisson favorite, ne laissez pas cela devenir une obsession.

Tous les nutritionnistes s’accordent sur le fait que ce régime n’est absolument pas recommandé et que l’alcool est toujours à consommer avec modération, non seulement pour la santé mais aussi pour sa propre sécurité.

Publié le mardi 24 octobre 2017 à 11:36, modifications mardi 24 octobre 2017 à 10:48

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !