Santé

L’alcool a tué 3 millions de personnes dans le monde en 2016

La consommation d’alcool est un fléau mondial qui tue plus que le sida, la tuberculose et la violence réunis.

D’après un rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé, la consommation d’alcool tue plusieurs millions de personnes chaque année (sans parler du tabac), sans que des mesures drastiques soient prises pour l’en empêcher dans la plupart des pays.

Des efforts qui ne sont pas suffisants

Dans un rapport publié le 21 septembre 2018, l’Organisation Mondiale de la santé affirme que l’alcool tue chaque années plus de personnes que le sida, la tuberculose et la violence ensemble ! L’éventail terrifiant de maladies liées à sa consommation, parmi lesquelles on peut citer les affections cardiovasculaires, les blessures, les accidents de la route ou encore certaines maladies infectieuses, est directement responsable de 5,3% des décès dans le monde, avec 13,5% pour les jeunes âgés de 20 à 29 ans. Mais le chiffre le plus impressionnant reste celui de 3 millions de personnes décédées à cause de l’alcool en 2016.

Parmi tous ces décès, on peut lire dans le rapport que 19% étaient lié à des maladies cardiovasculaires, 21% à des troubles digestifs et 28% à des accidents de la route et actes de violence contre les autres ou contre soi-même (suicide). Les autres maladies sont liées à des troubles mentaux associés à la consommation d’alcool, ou encore des cancers.

Il faut toutefois relever une petite amélioration, puisqu’en 2012, il y a eu 300 000 morts de plus à cause de l’alcool par rapport à 2016. Malgré cela, les experts en charge de ce rapport estiment que ce n’est pas suffisant, et que la plupart de ces morts pourraient être évités avec des politiques publiques adaptées, qui sont malheureusement rarement appliquées.

La Russie s’en sort grâce à des mesures préconisées par l’OMS

L’Europe reste de loin le plus grand consommateur d’alcool au monde, malgré une diminution de 10% depuis 2010. Mais les pays ayant les meilleures progressions sont paradoxalement la Moldavie, le Belarus et la Russie. En effet, la consommation annuelle y est passée de 18,7 litres en 2005 à 11,7 litres en 2016, grâce à l’application de mesures préconisées par l’OMS comme la fixation d’un prix minimum élevé pour la vodka ou l’arrêt de la vente d’alcool dans les stations-services.

Mais l’OMS affirme également que la consommation d’alcool va croître dans les 10 prochaines années, notamment à cause d’une hausse dans les pays asiatiques et en Amérique.

Publié le lundi 24 septembre 2018 à 15:38, modifications lundi 24 septembre 2018 à 12:42

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !