Santé

La schizophrénie peut désormais être dépistée avec un appareil ophtalmologique

Grâce à un outil portable basé sur l’observation de la rétine des patients, la schizophrénie pourra bientôt être diagnostiquée beaucoup plus facilement.

Un appareil portable va bientôt permettre de dépister la schizophrénie, d’après une nouvelle étude publiée dans la revue Journal of Abnormal Psychology. Cet outil révolutionnaire, basé sur l’analyse de la rétine des patients, a déjà fait ses preuves, mais il devra faire l’objet d’une étude de plus grande envergure pour devenir un appareil diagnostic fiable.

Portabilité et faible coût

Cet appareil fonctionne de la même façon que les électrorétinogrammes, déjà utilisés en ophtalmologie pour mesurer l’état de santé de la rétine des patients. Mais d’après cette nouvelle étude scientifique, le même outil peut servir à repérer des anomalies typiques de la schizophrénie dans l’œil des potentiels malades.

En effet, l’œil des patients schizophrènes réagit beaucoup moins à la lumière que celui des individus en bonne santé mentale. C’est donc sur ce principe que ce nouvel outil fonctionne.

Un lien entre anomalie rétinienne et maladie mentale

Le lien entre des anomalies au niveau de la rétine et certaines pathologies mentales a déjà été établi par le passé. Celle-ci peut ainsi constituer le miroir de la santé psychologique du patient. C’est en tout cas ce qu’affirment les scientifiques en charge de cette étude. Pour tester l’efficacité de cet appareil, ces derniers on constitué un groupe de 25 patients schizophrènes et un groupe de 25 sujets sains. Puis, ils ont utilisé un appareil portable en voyant des stimuli lumineux à l’oeil.

Un récepteur a également été placé sous l’oeil des patients pour mesurer la réponse de la rétine à ces signaux. Et le résultat est sans appel : les cellules qui transmettent l’information du stimulus lumineux au cerveau présente une activité plus faible chez les schizophrènes par rapport aux sujets sains.

L’outil n’est pas encore totalement fiable

Si l’outil a fait ses preuves pour distinguer clairement les sujets schizophrènes des sujets sains, il est encore beaucoup trop tôt pour affirmer qu’il s’agit d’un appareil statistiquement fiable. En effet, d’autres tests sont nécessaires pour confirmer le diagnostic, et il faudra conduire cette étude sur un plus grand nombre d’individus pour que l’outil puisse être utilisé par les psychiatres.

Cette étude ouvre également la voie à des analyses plus poussées sur le lien entre les anomalies au niveau de l’œil et le diagnostic d’une pathologie mentale.

Publié le mardi 12 juin 2018 à 14:13, modifications mardi 12 juin 2018 à 13:26

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !