Santé

La PrEP portée par une campagne nationale

Ce 4 juillet dernier, l’association AIDES a initié une campagne d’information nationale au sujet de la PrEP, encore trop peu connue. 

Ce 4 juillet a débuté une campagne nationale en faveur de la PrEP. Il s’agit d’un traitement préventif contre le VIH. Il sert de contraction à Pré, pour “Pré-exposition”,et à “Prophylaxie” qui est un terme médical signifiant une action visant à prévenir une apparition, propagation ou aggravation d’une maladie.

Comprendre la PrEP

Ce comprimé s’adresse aux personnes séronégatives (qui n’ont pas contractées le VIH) afin d’éviter de développer maladie. Il est entièrement différent des traitements de Trithérapie et de Post-exposition. La PrEP est principalement commercialisée sous le nom Truvada et d’autres génériques.

La PrEP est un traitement qui vient s’ajouter en complément des autres méthodes existantes. On constate que de nombreuses personnes se sentaient plutôt en confiance sous PrEP et laissaient tomber les préservatifs ou certaines méthodes de contraception. Il faut bien comprendre que ce comprimé n’est efficace que contre le VIH. Le comprimé, même en prise continue, n’empêche pas de contracter d’autres IST ou MST telles que la Syphilis ou la gonorrhée. De même, il n’intervient pas dans les grossesses et sur la stérilité.

Il existe deux façons de prendre ce médicament antirétroviral. La prise continue consiste, comme certains traitements, à la prise d’une pilule par jour et à heure fixe. La prise discontinue constitue elle une sorte de consommation à la demande. Il s’agira de prendre un comprimé avant le rapport, et après le rapport sexuel. La PrEP est disponible sur ordonnance et est remboursée par la sécurité sociale.

Des résultats probants

Des scientifiques établissent des rapports partout dans le monde. Aux Etats-Unis, en Afrique, au Royaume-Uni, les résultats sont sans appels: lorsque l’on prend le médicament correctement, le risque de contamination est infime. Ainsi, l’Organisation Mondiale de la Santé, le Conseil National du Sida et des Hépatites Virales et la Haute Autorité de Santé recommandent ce traitement.

Plus encore, il semblerait que la prise de ce traitement participe àla réduction globale de la contamination. L’organisation AIDES constate à San Francisco, entre 2012 et 2016 une chute de 49% de nouvelles contamination. Au Royaume-Uni, une chute de 18% entre 2015 et 2016! Après la victoire de la Thaïlande contre la transmission Mère-Enfant du virus, la PrEP pourrait constituer une nouvelle étape vers la disparition de la maladie.

Une tentative d’élargir le public

La plupart des tests ont été réalisés majoritairement auprès d’hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes. Les rapports hétérosexuels constituent une part encore trop faible des utilisateurs de la PrEP. Il est vrai que les couples hétérosexuels ne sont pas les plus exposés, malgré tout, ils ne sont pas immunisés. En effet, comme on a pu le constater en Iran il y a quelques années, les hommes hétérosexuels peuvent également être porteurs et donc transmetteurs. Une contamination peut arriver plus vite qu’on ne le pense et pourrait être évitée simplement par la prise de la PrEP.

La campagne réalisée actuellement vise à améliorer l’information sur ce traitement préventif et également à toucher une audience plus large. Actuellement, la campagne vise à informer les femmes et à maximiser la protection.

Aujourd’hui, seules 7000 personnes en France sont sous PrEP. Il est maintenant possible de minimiser l’expansion du virus du SIDA, et de limiter la mise en danger de sa vie à travers la sexualité. N’hésitez donc pas à vous informer auprès des spécialistes de santé.

 

Publié le jeudi 5 juillet 2018 à 16:18, modifications jeudi 5 juillet 2018 à 17:15

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !