Santé

La canicule de 2018 a fait 1500 morts en France

Malgré un été particulièrement chaud (le 2ème de l’histoire de France), le nombre de morts liés à la canicule est en baisse cette année.

Agnès Buzyn, la ministre de la Santé a annoncé ce vendredi 21 septembre que la canicule de 2018 avait tué environ 1500 personnes en France, ce qui représente 10 fois moins de décès que lors de l’épisode particulièrement meurtrier de 2003.

Une diminution importante du nombre de morts

Agnès Buzyn a déclaré lors d’une interview donnée sur CNews que le bilan finale de la canicule de 2018 était de 1500 morts, surtout chez les personnes les plus âgées. Malgré cet aspect tragique, la ministre de la Santé a rappelé que ce chiffre est 10 fois moins important que la canicule de 2003, qui avait fait entre 15 000 et 20 000 morts, alors même que l’été 2018 a été le deuxième plus chaud de l’histoire en France, avec 2 degrés de plus en moyenne que les normales saisonnières.

Cet été a été marqué par une amélioration conséquente par rapport à des épisodes caniculaires plus récents comme celui de 2015 où 3000 personnes avaient trouvé la mort. Toutefois, on avait déploré seulement 700 et 400 morts respectivement en 2016 et en 2017. L’année 2006, qui avait été marquée par de très importantes chaleurs, avait également provoqué 2000 décès.

Ces chiffres montrent que la prévention par rapport à ce phénomène a des effets bénéfiques. En effet, seulement 3 à 5% des consultations en urgence à l’hôpital cet été étaient dû à une hyperthermie de personnes âgées.

Des efforts restent à faire

Mais des épisodes comme ceux de 2018 vont se généraliser dans les prochaines années, dans un contexte de réchauffement climatique global. Agnès Buzyn a donc plaidé pour une réorganisation de nos espaces urbains, puisque les villes présentent des températures plus importantes à cause du phénomène d’îlot de chaleur dans un environnement goudronné et sans végétation. Ainsi, une différence pouvant aller jusqu’à 8 degrés peut être enregistrée dans la même région entre la ville et la campagne.

La revégétalisation des villes est une piste à explorer pour lutter contre ce phénomène. Les murs ou les toitures végétales, ainsi que le développement des grands parcs et des ceintures vertes peuvent être des solutions intéressantes.

La construction de bâtiments adaptés, avec des revêtements permettant de réfléchir la lumière plutôt que de l’absorber, et de nouveaux matériaux de construction verts seront également explorés dans les prochaines années.

Publié le samedi 22 septembre 2018 à 10:33, modifications vendredi 21 septembre 2018 à 18:14

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !