Santé

Iran : Inquiétante augmentation de cas de VIH-Sida.

En Iran, les personnes infectées par le VIH-sida sont des hommes en grande majorité..

Lors d’une récente conférence de presse avec un responsable de l’Organisation mondiale de la santé, le vice-ministre Ali Akbar Sayari s’est déclaré inquiet sur l’augmentation de cas de VIH-sida dans son pays.

C’est un véritable tremblement de terre et celui-ci à déclaré :

La transmission du sida lors de relations sexuelles est en augmentation et la population doit en être ouvertement informée si nous voulons la contrôler.

Aujourd’hui, la transmission par voie sexuelle du VIH-sida a doublé en l’espace d’une décennie seulement, passant de 15 % à 30 % selon les chiffres officiels de l’agence de presse officielle IRNA.

Pourquoi une telle augmentation ?

Au pays des Mollahs, les préservatifs sont en vente libre dans les pharmacies. Mais voila, conformément à la charia, les relations sexuelles sont interdites en dehors du mariage.

En raison de ces contraintes liées à la religion, il est compliqué pour la population de se procurer des préservatifs de manière transparente. De plus, il est difficile voir interdit de parler ouvertement de “sexe” en République d’Iran.

Le ministère iranien de la santé avance le chiffre de 32 000 personnes infectées par le VIH.

Les plus touchés sont les hommes, soit 84%. L’ONUSIDA estime le chiffre à deux ou trois fois plus de cas.

Les raisons d’une telle augmentation se trouverait selon le vice-ministre iranien de la santé dans le fait de pas pouvoir en parler librement.

A ceci, ajoutons que la prostitution, officiellement interdite, mais qui existe bel et bien au pays des Mollahs.

Ali Akbar Sayari a indiqué que ” de nouveaux centres de santé ont été ouverts pour les prostituées”, où

elles sont examinées

et où on leur

donne une formation sur les maladies sexuellement transmissibles ainsi que des contraceptifs gratuits

Cependant, le problème est bien plus profond. Seul un changement sur les mentalités et une information sur la transmission du VIH notamment chez les jeunes permettra une réelle prise de conscience.

Malheureusement, le poids des traditions culturelles ainsi que l’application de la “Loi Islamique” restent indéniablement des freins pour inverser la courbe de ce grave phénomène en Iran.

Publié le jeudi 14 juillet 2016 à 14:08, modifications jeudi 14 juillet 2016 à 13:20

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !