Santé

Hôpitaux de Paris : Le déficit se creuse, suppression de 180 postes en 2018

L’AP-HP prévoit un budget 2018 « exigeant », incluant notamment la suppression de 180 postes non médicaux dans les hôpitaux de Paris.

Confrontée à une « dégradation très sensible » de ses comptes en 2017, l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) prévoit un budget 2018 « exigeant ». Celui-ci inclut notamment la suppression de 180 postes non médicaux. En majorité dans les services de soins.

Cette annonce a été faite via un courrier de la direction adressé au personnel ce jeudi 30 novembre et consulté par l’AFP.

Pour un retour à l’équilibre en 2022

Les comptes de l’AP-HP connaîtront une dégradation très sensible en 2017. Avec un résultat anticipé à -174 millions d’euros pour le budget principal.

A indiqué le plus grand hôpital français dans son projet de budget pour 2018.

Et face à ce déficit, la direction a prévu un plan de restructuration étalé sur cinq ans. Ainsi, un « plan d’efficience » visant un retour à l’équilibre en 2022, a été présenté la semaine dernière aux syndicats de l’AP-HP. Dès lors, ceux-ci disaient redouter des suppressions de postes.

Des craintes finalement fondées. En effet, l’établissement hospitalier prévoit de réduire les effectifs non médicaux. Cela devrait représenter « 180 équivalent temps plein » en 2018. Ces suppressions de postes se traduiront par une baisse du nombre de salariés en CDD. Ce sont principalement les services de soins (-101 ETP) et le personnel administratif (-49 ETP) qui seront affectés.

L’AP-HP entend ainsi économiser 7,5 millions d’euros. A cela s’ajouteront des baisses de dépenses en intérim non médical (pour 3,2 millions d’euros). Ainsi qu’en heures supplémentaires (3,4 millions) et en indemnités journalières avec le rétablissement du jour de carence dans la fonction publique (4,7 millions).

Or, ces restrictions ont pour but de

limiter la progression (des) charges de personnel à 0,7% en 2018. Un niveau nettement plus exigeant que les années précédentes.

En effet, selon le budget prévisionnel, la masse salariale a augmenté de 1,43% en 2016 et devrait encore croître de 1,8% cette année.

Les exercices suivants seront également concernés par un effort complémentaire sur la masse salariale.

A prévenu l’établissement, qui table sur un objectif identique de 0,7% en 2019 et 2020. Puis abaissé à 0,6% en 2021 et 2022. Ainsi, le rétablissement des comptes devrait permettre « en contreparties d’aides à l’investissement ».

Suppression de 1.200 postes d’ici à 2020 pour la CGT

Dans un communiqué relayé par Le Figaro, la CGT a évoqué « la suppression de 1.200 postes » d’ici à 2022. Toutefois, un chiffre que Catherine Sueur, la directrice générale adjointe de l’AP-HP, a formellement démenti :

Nous avons d’autres leviers d’action que les suppressions d’emplois, grâce à une meilleure organisation des plannings.

En tout état de cause, il faudra « toucher le moins possible au lit du malade », autrement dit aux infirmiers, et « travailler sur les fonctions support ».

Enfin, dans son courrier aux salariés, la direction a expliqué qu’elle allait faire le point sur les effectifs dans chacun des 650 services médicaux. Le but étant de « redéployer le cas échéant des moyens vers les services qui feront apparaître des effectifs insuffisants ».

Publié le vendredi 1 décembre 2017 à 15:07, modifications vendredi 1 décembre 2017 à 14:59

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

1 Commentaire