Santé

Et si les fouines et les renards jouaient un rôle dans la lutte contre la maladie de Lyme ?

Renards, fouines, rongeurs et tiques… Curieux de les placer tous dans le même sac n’est-ce pas ? Et bien pas tant que ça ! Il semblerait qu’il existe un lien entre la présence des prédateurs et la maladie de Lyme. Pourquoi ? On vous explique tout !

Les renards sont encore une fois sur le devant de la scène. Non pas pour leur fourrure, mais parce que ces animaux joueraient un rôle essentiel dans la lutte contre la maladie de Lyme. C’est une étude, publiée sur le site The Royal Society le 19 juillet dernier, qui a révélé cette information importante.

Il existerait donc un lien entre la présence et l’activité des prédateurs dans les forêts, et la densité de nymphes de tiques, qui sont les vecteurs de la maladie de Lyme. Retour sur cette découverte qui n’est pas sans importance et qui prouve encore une fois à quel point la nature est bien faite…

Qu’est-ce que la maladie de Lyme ?

La maladie de Lyme, scientifique connue sous le nom de “borréliose de Lyme“, est de plus en plus fréquente chez l’homme. Pourtant, il y a encore quelques années, rares étaient ceux qui souffraient de ce mal…

C’est une maladie infectieuse due à une bactérie appelée Borrelia burgdorferi. Cette dernière est transmise par l’intermédiaire d’une piqûre de tique infectée. Les conséquences de cette maladie sont graves et particulièrement douloureuses. Il faut en effet savoir que cette zoonose peut toucher plusieurs organes, la peau mais aussi les articulations et le système nerveux.

Cette maladie se diffuse dans tous le corps humain, en plusieurs étapes. La phase appelée tertiaire arrive généralement plusieurs mois voire plusieurs années après la piqûre de la tique. Cependant, généralement, lorsque la maladie de Lyme est rapidement diagnostiquée et donc traitée, l’évolution vers une phase tertiaire est rare.

Cela dit, il faut savoir que cette maladie est très difficile à endiguer, et que les symptômes persistent plusieurs mois, voire plusieurs années, après le début de l’infection. Autant dire que c’est une vraie galère et que la maladie de Lyme n’est pas sans conséquence.

Face à l’augmentation des cas de malades dans le monde, plusieurs scientifiques se sont intéressés de près à la maladie de Lyme. Et notamment des scientifiques danois qui ont fait une incroyable découverte… Et c’est justement ce qui nous intéresse ici !

Un postulat de départ original

Au tout début de cette étude, des scientifiques ont posé un postulat. Lorsqu’ils ont éclos, les œufs des acariens s’attaquent aux organismes les plus faibles. Bien souvent, ce sont les rongeurs. Ces derniers vivent près du sol, et sont porteurs de graves infections. Or, ces infections sont transmissibles à la tique. La tique, une fois contaminée, va répandre la maladie aux autres animaux. C’est le début du terrible cycle de la maladie de Lyme.

Le problème de départ est donc… le rongeur ! Or, qui réduit le nombre des rongeurs ? Et bien ce sont les prédateurs, et notamment les renards et les fouines. Ces espèces animales joueraient donc un rôle essentiel dans la lutte contre la maladie de Lyme transmise par la bactérie Borrelia.

Pour vérifier cette théorie, les scientifiques ont décidé d’observer vingt parcelles forestières aux Pays-Bas. Ces parcelles avaient toutes leurs spécificités. Et surtout, elles présentaient des densités de prédateurs différentes.

L’idée était donc d’observer ces différentes zones forestières, et de comprendre où se trouve exactement la maladie de Lyme. L’homme est le dernier maillon de la chaîne, et finalement, il semble que plus il y ait de prédateurs, moins il y ait d’infection chez l’être humain. Et oui, ça vous semble bizarre n’est-ce pas… et bien pas tant que ça vous aller voir !

Les zones infestées de prédateurs

Les résultats de l’étude menée par les scientifiques au Pays-Bas sont très intéressants. On constante en effet, grâce aux nombreuses caméras placées dans les forêts, que les zones les plus infestées par les prédateurs sont préservées. Que faut-il comprendre ? Et bien que plus y a de renards et de fouines, moins il y a de tiques infectées. Du coup, la maladie de Lyme est nettement moins présente dans les forêts où le nombre de prédateurs est important.

Ce qui contribue à conclure que les renards et les fouines jouent un rôle important dans la lutte contre la maladie de Lyme. Mais ce n’est pas tout ! Car les scientifiques ont découvert que les rongeurs présents dans ces zones forestières ont également moins de maladie. En effet, plus il y a de prédateurs dans les alentours, moins les rongeurs sont malades… Pourquoi ? Les renards et les fouines feraient-ils peur aux acariens ? Non évidemment !

La raison est bien plus simple. En réalité, plus il y a de prédateurs, plus les rongeurs ont peur et donc… moins ils sortent. Du coup, ils ont moins de chance de croiser le chemin des acariens et des tiques.

Les tiques quant à elles ne peuvent plus se positionner sur les rongeurs et choisissent d’autres animaux. Ces animaux sont moins porteurs de maladies infectieuses, et donc, la tique n’est plus à l’origine de la maladie de Lyme. Et oui, c’est un immense cercle de la vie que l’on vous démontre ici !

Des conclusions scientifiques très intéressantes

Du coup, la conclusion est simple : plus il y a de prédateurs dans les forêts, moins il y a de tique porteuses de la maladie de Lyme. Les renards et les fouines pourraient donc bel et bien aider l’homme, en l’épargnant des infections et de la maladie de Lyme. Et oui, c’est la magie de l’écosystème…

Il serait donc peut-être bien de respecter la nature, et d’éviter de tuer à tout va les renards et les fouines. Car ils sont a priori utile, et protègent l’homme d’une certaine manière… Quand on sait à quel point ces animaux, et notamment les renards, sont tués par les chasseurs, on se dit qu’il faudrait peut-être leur faire lire cette étude… D’autant plus que le renard roux est l’animal le plus persécuté de France…

Voilà qui fait réfléchir n’est-ce pas !

Publié le mercredi 30 août 2017 à 12:03, modifications mercredi 30 août 2017 à 10:17

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !