Santé

Faut-il avoir peur des perturbateurs endocriniens ?

Le rapport publié par 60 Millions de Consommateurs est alarmant

L’association 60 Millions de Consommateurs a fait paraître un rapport alarmant sur la présence des perturbateurs endocriniens dans les cheveux des enfants. Zoom sur cette étude et sur les conséquences de cette substance nocive sur la santé des Français.

Depuis la sortie du rapport publié par 60 Millions de Consommateurs ce jeudi 20 avril, on entend  tout et  n’importe quoi sur les perturbateurs endocriniens. Il est grand temps de tirer la sonnette d’alarme, c’est une certitude. Mais de quoi parle-t-on réellement ? Quels sont les dangers inhérents à ces substances chimiques ? De quoi faut-il avoir peur ? On vous donne quelques détails sur ce sujet polémique et particulièrement sensible.

Une étude dérangeante

Ce n’est pas la première fois que le sujet sensible des perturbateurs endocriniens est abordé. Mais cette fois, le rapport publié par le magazine 60 Millions de Consommateurs est carrément alarmant ! En effet, l’association de consommateur a fait analyser par un laboratoire indépendant (et qui n’a donc aucun intérêt dans cette étude) une mèche de cheveux de 43 enfants.

Ces enfants ont entre 10 et 15 ans, et vivent partout en France, aussi bien en ville qu’à la campagne. L’idée était de fait une recherche ciblée sur les 254 substances répertoriées comme des perturbateurs endocriniens. Malheureusement, les résultats sont encore pire qu’on ne le pensait.

Des résultats alarmants

Les résultats sont catastrophiques puisqu’on retrouve en  moyenne 34 polluants dans les cheveux de ces enfants. L’association en conclut donc que tous les petits Français sont contaminés par les perturbateurs endocriniens et tire la sonnette d’alarme.

Il faut savoir que ce sont entre 23 et 54 molécules qui ont été retrouvés sur le panel d’étude. C’est donc une réalité : en France, nos enfants sont exposés quotidiennement aux perturbateurs endocriniens, et ça fait très peur !

Mais qu’est-ce que c’est ?

C’est un mot qui fait très peur, qu’on retrouve aussi parfois sous l’abréviation PE. En réalité, les perturbateurs endocriniens sont des substances que l’on retrouve malheureusement dans de très nombreux produits du quotidien. Pour citer quelques exemples (il y en a tellement qu’il faut bien faire une sélection…), on en retrouve dans les cosmétiques, dans les jouets, dans les contenants alimentaires, dans les peintures, sur les meubles… Bref, nous sommes envahis !

Voici la définition donnée par l’Organisation mondiale de la santé en 2002 :

Un perturbateur endocrinien potentiel est une substance (…) possédant des propriétés susceptibles d’induire une perturbation endocrinienne dans un organisme intact, chez ses descendants ou au sein de (sous)-populations.

Quelles sont les substances concernées ?

Parmi les grandes familles de polluants, il y en a certains qui sont présents dans la totalité des cheveux des enfants qui ont été analysés. Et ce ne sont pas les moins dangereux, c’est certain ! On retrouve ainsi systématiquement des phtalates ou encore des pesticides.

On a également pu observer chez certains enfants (pas tous cette fois), des bisphénols, des PCB, des hydrocarbures aromatiques polycliques plus connus sous l’abréviation HAP, des métaux lourds… Que des substances qui sont dangereuses pour la santé humaine, et ce n’est pas nouveau !

Par contre, bonne nouvelle (oui il y en a quand même quelques =-unes) : le Bisphénol A est quasiment absent, ce qui prouve l’efficacité de son interdiction en France dans les contenants alimentaires depuis 2015. Par contre, on trouve à la place le Bisphénol S, qui est, semble-t-il, tout aussi mauvais et qui a remplacé le Bisphénol A…

Quels sont les véritables dangers de ces perturbateurs endocriniens ?

Les perturbateurs endocriniens « perturbent » le système hormonal (c’est bien pour ça qu’on parle de perturbateurs !). Mais ils peuvent également être à l’origine de maladies comme le cancer et d’anomalies, notamment au niveau hormonal. Voilà ce qu’on nous répète sans cesse. Mais on ne nous donne guère plus de détails ! Alors quels sont les véritables risques ?

Les perturbateurs endocriniens agissent en imitant le fonctionnement d’une hormone naturelle. Ils se fixent sur les différents récepteurs de cette hormone naturelle, et interfère durablement sur sa production ou sa régulation. Vous l’aurez compris, la conséquence est la modification de la quantité de l’hormone présente dans le corps

S’il est encore difficile d’évaluer très scientifiquement les risques des perturbateurs endocriniens, de nombreux médecins affirment que la surexposition à ces substances est à l’origine de cancers, notamment hormono-dépendants.

Et les cancers ?

Le docteur David Khayat, cancérologue et auteur du livre Prévenir le Cancer ça dépend aussi de Vous, a ainsi expliqué le rôle des perturbateurs endocriniens dans l’apparition des cancers dans notre pays :

Par définition, les perturbateurs endocriniens vont augmenter les risques de cancer qui sont liés aux hormones. Quand on analyse les différentes causes de cancers, on peut avancer les chiffres suivants : 30% causés par le tabac, 30% causés par les hormones (œstrogènes chez la femme, testostérone pour le cancer de la prostate chez l’homme), 20% par l’alimentation. Le risque de ces 30% de cancers liés aux hormones va augmenter au contact des perturbateurs endocriniens, qui, comme leur nom l’indique, perturbe l’équilibre et les effets de nos hormones.

Comment protéger les enfants ?

On sait donc que les perturbateurs endocriniens sont très mauvais pour la santé. Exposer les enfants dès leur plus jeune âge à ces substances peut avoir des conséquences dramatiques sur leur avenir… Alors comment faire puisque les PE sont partout…

Bien évidemment, depuis la parution de cette étude par 60 Millions de Consommateurs, les parents s’inquiètent (et ils ont raison !). Ils cherchent des solutions pour protéger les plus petits des perturbateurs endocriniens. Et il semble que la seule solution soit de changer certaines habitudes pour y parvenir… Pas si facile !

Selon des spécialistes, il faudrait commencer par privilégier l’alimentation bio car, même si elle contient des substances dangereuses, elle en contient moins que l’alimentation classique. Il faudrait également préférer des objets d’occasion, car tout ce qui est neuf émet des particules nocives qui disparaissent avec le temps. Il faudrait définitivement abandonner les récipients en plastique dans la cuisine, et privilégier les biberons en verre pour les bébés. Enfin, il faut impérativement aérer toutes les pièces au moins 10 minutes par jour.

Il existe plein d’autres conseils comme par exemple le fait d’enlever systématiquement ses chaussures chez vous (les Français ne le font pas suffisamment !), ou encore faire le ménage avec une microfibre et non avec un chiffon (ce dernier fait voler les particules nocives et ne les supprime pas, contrairement à la microfibre qui les emprisonne…)

Malgré toutes ces précautions, les perturbateurs endocriniens sont omniprésents dans notre quotidien, et il est impossible de ne pas y être exposé. Il est donc également conseillé de nettoyer son organisme plusieurs fois dans l’année, avec des plantes par exemple. Boire des tisanes bio serait également un très bon moyen pour drainer l’intérieur du corps et supprimer certaines substances nocives. Enfin, certains affirment que le jeûne une fois par semaine (le soir) est excellent pour drainer le corps et pour supprimer les substances qui polluent notre organisme (au moins en partie)…

Quel avenir pour les PE ?

Les perturbateurs endocriniens représentent donc un véritable danger pour les enfants, mais aussi pour les adultes. Et il semble difficile voire impossible de ne pas y être exposés dans une société comme la notre… Quelques précautions peuvent être prises, mais il faut changer certaines habitudes !

Il faudrait surtout que les autorités prennent conscience de ces dangers et prennent les décisions adéquates… Malheureusement, les avancées sont lentes, et en attendant, nous sommes exposés aux perturbateurs endocriniens tous les jours…

Publié le samedi 22 avril 2017 à 11:06, modifications samedi 22 avril 2017 à 10:06

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !