Santé

Et si Alzheimer n’existait pas vraiment ?

La maladie d’Alzheimer est-elle une réalité scientifique ou un déni sociétal ?

Une simple description vieillissement

La maladie d’Alzheimer est une pathologie terrible. Selon les chiffres, elle toucherait plus de 900.000 personnes en France. Dégénérative, incurable, elle provoque peu à peu une lente disparition de la personne et de sa mémoire. Pourtant, selon Olivier Saint-Jean et Eric Favereau, cette maladie n’existe pas vraiment. C’est ce qu’ils décrivent dans leur ouvrage : “Alzheimer, le grand leurre”.

Interrogé à l’antenne de France Culture, Olivier Saint-Jean est sûr de lui. Il est utile de préciser qu’il ne s’agit pas d’un illuminé adepte des théories du complot. L’homme est directeur du service de gériatrie de l’hôpital européen Georges-Pompidou et membre de la Commission de Transparence de la Haute Autorité de Santé. Autant dire une sommité. Et pour lui, il n’y a pas de doute. Alzheimer, n’est pas vraiment une maladie.

C’est une “construction sociale”. Comme un mot que nous aurions inventé pour décrire le phénomène du vieillissement. C’est le reflet d’une dérive. Nous avons “transformé la vieillesse en pathologie” selon lui. Il s’agirait aussi d’un symptôme d’une tendance plus large : la volonté “générale de tout pathologiser”. Selon lui, ce serait même dommageable.

D’autres maladies neurodégénératives sont catégorisées comme “Alzheimer”. De quoi freiner le développement de traitement adapté pour les personnes touchées. Comme preuve, il voit ainsi que les médicaments seraient totalement inefficaces. Une affirmation renforcée par des commentaires similaires de la Haute Autorité de Santé. Ranger la vieillesse au rayon des maladies serait une solution pour réussir à l’accepter plus facilement selon lui.

Face à l’impression de propagation d’Alzheimer, les victimes et leurs proches multiplient les initiatives. On peut ainsi penser à ce Britannique qui a monté 5.000 fois la même montagne pour aider sa mémoire. D’autres préfèrent des solutions plus modernes. C’est le cas de cette adolescente qui a conçu une application pour les personnes touchées.

 

 

Publié le samedi 5 mai 2018 à 14:01, modifications samedi 5 mai 2018 à 10:22

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !