Santé

Epidémie : Un siècle plus tard, l’humanité est encore menacée

 Une recherche publiée dans la revue Frontiers in Cellular and Infection Microbiology veut tirer des leçons de la grippe espagnole. Si à l’époque elle a coûté la vie à un tiers de la population mondiale, elle aurait décimé aujourd’hui 147 millions de personnes.

En 1918, l’humanité a dû faire face à la grippe espagnole. Une épidémie qui a coûté la vie à 50 millions de personnes. Aujourd’hui, même si scientifiquement parlant, nous sommes mieux armés contre une maladie de ce type, d’autres problèmes apparaissent. Parmi les fléaux qui menacent actuellement les êtres humains figurent, par exemple, le changement climatique et le vieillissement de la population.

Une nouvelle menace

La médecine a fait d’immenses progrès depuis la grippe espagnole. D’autant plus que le monde a dû faire face à trois autres pandémies majeures en 1957, 1968 et 2009. De nos jours, une fois que les scientifiques repèrent une souche, ils l’analysent pour la combattre avec un vaccin.

Toutefois, le changement climatique risque d’affecter la propagation et l’intensité des maladies. Caroline van de Sandt, professeur à l’Institut Doherty de l’Université de Melbourne explique qu’il impactera sur les réservoirs de virus. De plus, le changement climatique modifiera les schémas de migration des oiseaux. De telle manière que la maladie risque de s’étendre sur de nouvelles zones et d’infecter plus d’espèces d’oiseaux.

Le changement climatique impacte sur la propagation des épidémies

En plus du changement climatique, notre monde actuel est également exposé à la malnutrition. Cette dernière figure parmi les conséquences du changement climatique et fragilisera la population mondiale. Effectivement, le changement du climat réduira les récoltes et rendra les bactéries plus résistantes aux antibiotiques. Par conséquent, il y a un risque élevé de propagation d’infections.

Pour couronner le tout, le diabète et l’obésité qui touchent de plus en plus de personnes comptent aussi dans la balance. Pour les scientifiques, les conseils sanitaires de 1918 sont toujours d’actualité. Se laver fréquemment les mains et éviter les rassembleront humains permettront, comme il y a un siècle, de lutter contre une épidémie.

Publié le mercredi 10 octobre 2018 à 8:36, modifications mercredi 10 octobre 2018 à 8:17

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !