Santé

Les enfants et les écrans : Un enjeu majeur de santé publique

Deux médecins s'inquiètent des conséquences d'une surexposition aux écrans...

On le sait car on nous le dit souvent. Et pourtant, la situation empire ! En effet, l’addiction des enfants aux écrans est à l’origine de graves problèmes de santé, et deux médecins ont décidé de tirer la sonnette d’alarme pour alerter les parents sur ces dangers… Faisons un point sur la situation qui est très inquiétante…

Ce sont deux médecins de la petite enfance qui ont décidé de sortir du silence pour lancer un cri d’alerte… Ces professionnels de la Protection Maternelle et Infantile (PMI) expliquent quelles sont les terribles conséquences d’une surexposition aux écrans dès le plus jeune âge des enfants. Les docteurs Ducanta et Terrasse parlent notamment de troubles du comportement, de difficultés à communiquer, de retard de développement… et même d’autisme.

Alors que faut-il en penser ? Quelles sont les réelles conséquences des écrans sur les enfants de 0 à 4 ans ? Faut-il vraiment avoir peur des écrans ? Les conséquences sont-elles aussi graves qu’on nous le dit ? On vous dit tout… et vous allez voir que c’est plutôt inquiétant.

Des enfants en isolement complet

L’objectif de ces deux médecins est de mettre en garde les parents sur l’utilisation des écrans pour les plus petits. Les enfants entre 0 et 4 ans doivent jouer à la poupée, au cheval à bascule, aux cubes… ils doivent colorier, créer, coller… et ne doivent pas avoir les yeux rivés sur un écran. Non seulement ils sont trop petits, mais en plus, les conséquences sont graves.

Il faut avouer que c’est tellement facile et pratique. Pas besoin de s’occuper de son enfant, il s’occupe tout seul avec le téléphone, la tablette ou la console… Malheureusement, cette manière d’occuper les plus petits n’est pas sans conséquence. Il faut impérativement faire comprendre aux parents que non, à deux ans, on n’apprend pas l’anglais sur une tablette, qu’on ne tapote pas avec son index sur une application, qu’on ne joue pas aux voitures sur un écran. A cet âge-là, on joue, on construit, on empile, on fait rouler, … et c’est essentiel pour le développement du cerveau. Car ce passage est véritablement essentiel au développement de l’enfant. L’écran l’empêche de se construire, ce qui est particulièrement grave pour son avenir.

Le docteur Ducanda a expliqué, dans un article du Figaro, que les parents ont tendance à être rassurés lorsque les enfants utilisent des applications qui leur sont destinés. Qu’ils apprécient de leur montrer des programmes télévisés adaptés à leur âge. Qu’ils sont même souvent fiers de les voir manier un téléphone avec une telle aisance, et qu’ils s’merveillent devant leur habileté. Ils sont même nombreux à estimer qu’il faut leur apprendre à jouer avec ces outils numériques dès le plus jeune âge pour les former à ces outils du futur qui font partie de leur quotidien… Mais les conséquences sont en réalité bien plus graves qu’ils le pensent ! Et non, il ne faut pas être fier de tout ça… Au contraire, il faut en avoir peur…

Des enfants indifférents au monde qui les entoure

Les conséquences principales d’une utilisation des écrans avant l’âge de 6 ans sont surtout liées à l’isolement. Les enfants sont indifférents au monde qui les entoure lorsqu’ils sont sur les écrans. On découvre par exemple qu’ils ne jouent pas avec les autres, qu’ils sont carrément hypnotisés et ne répondent plus à leur prénom lorsqu’ils sont sur un écran. Ils ne bougent plus (ce qui n’est pas normal à cet âge-là), et ne comprennent plus une consigne simple. L’écran les enferme dans une sorte de bulle… dont il n’est pas forcément facile de sortir.

Les deux médecins parlements de troubles liés à la surexposition aux écrans. L’une d’elle parle carrément de lobotomisation lorsque les enfants passent plus de six heures par jour devant les écrans. Ce qui n’est pas si rare ! On trouve que six heures par jour, c’est énorme ! Mais en réalité, on ne pense pas toujours à tout : les enfants passent aussi du temps indirect devant les écrans, lorsque les parents regardent la télévision par exemple. On croit qu’ils ne regardent pas, mais c’est quand même une exposition…

Face à ces mauvaises habitudes, les médecins et spécialistes de la petite enfance parlent d’enjeu majeur de santé publique…

Et l’autisme  est-il parfois lié à une surexposition aux écrans ?

Une experte aurait également établi un lien entre l’exposition aux écrans et l’autisme. Tout le monde ne s’accorde pas sur ce point qui fait polémique, car les symptômes ne relèvent pas tous du Trouble du Spectre Autistique. Cependant, il y a des similitudes parfois troublantes. On ne parle ici par de l’autisme comme maladie neurodéveloppementale génétique, mais d’un trouble favorisé par l’environnement ou résultant d’un mauvais comportement des parents.

Cependant, à ce jour, aucune étude scientifique ne permet d’établir un lien concret entre l’autisme et les écrans. C’est donc un tort de parler d’autisme, mais on peut parler de troubles du comportement. Et ces derniers auraient clairement un lien avec une surexposition aux écrans. Ce qui semble très inquiétant puisque ces troubles, souvent détectés par l’école, sont en constante augmentation ces dernières années…

Les écrans à partir de quel âge ?

Certains spécialistes lancent donc un véritable appel pour que les parents prennent conscience des dangers liés à une surexposition aux écrans dès le plus jeune âge des enfants. Il semblerait qu’il ne faille pas montrer quoique ce soit aux enfants avant l’âge de trois ans. Et encore, à cet âge-là, il faut limiter au maximum !

En réalité, il faudrait attendre l’âge de six ans pour commencer à utiliser les écrans. C’est très compliqué dans la société actuelle, il faut bien l’avouer. Les écrans sont partout, ils font partie de notre quotidien, et c’est difficile voire impossible de supprimer tous les écrans pour les enfants. D’autant plus qu’à l’école aussi ils y sont exposés, même brièvement.

Cependant, il est temps de prendre conscience qu’une surexposition est dangereuse pour les plus petits. Et que non, jouer avec le téléphone portable de papa pour occuper un enfant au restaurant n’est pas une solution adaptée. Il est préférable de lui prévoir un coloriage avec des feutres comme au bon vieux temps, et ce, pour son bien. Même si, on le concède, c’est plus compliqué pour les parents

Et oui, il faut faire attention aux enfants, éviter les solutions de facilité, et les occuper autrement qu’avec des écrans. Et vos enfants, passent-ils beaucoup de temps devant les écrans ? Le débat est ouvert !

Publié le vendredi 14 juillet 2017 à 13:03, modifications vendredi 14 juillet 2017 à 11:41

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !