Santé

Pas-de-Calais : après un avortement thérapeutique, le bébé naît vivant

En juillet dernier Audrey Thuillier, alors enceinte de 8 mois apprend que sa fille est atteinte d’un grave problème cérébral. Elle suit l’avis de ses médecins qui effectuent un avortement thérapeutique. À sa naissance, la petite Heily est vivante et se porte bien.

Déclarée lourdement handicapée par les médecins

Le Centre hospitalier de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), était catégorique : le bébé d’Audrey Thuillier est atteint d’un grave problème cérébral. C’est en juillet dernier que la jeune femme, alors enceinte de 8 mois, apprend la triste nouvelle. Les médecins lui annoncent que dû au grave problème cérébral, la petite fille sera affligée d’un handicap lourd et ne pourra ni boire, ni manger, ni même bouger. Ces dernier lui conseillent un avortement thérapeutique. Sonnée, Audrey Thuillier suit leur avis.

L’avortement sera pratiqué le matin du 24 juillet. L’intervention se déroule comme prévu dans le protocole et les médecins constatent l’arrêt cardiaque du fœtus pendant une minute. Le soir, la maman pense alors devoir accoucher d’un enfant mort-né. Mais les choses se passent tout autrement. En effet, la petite Heily naît vivante et semble bien se porter.

Bonne nouvelle : Heily peut être opérée

Soupçonneux, Jérôme, le papa de l’enfant, et Audrey décident de vérifier l’existence même du handicap auprès du CHRU de Lille. Hélas, les examens confirment la présence d’une anomalie cérébrale. Mais, décidés à se battre pour leur fille bien vivante, les parents contactent la fondation Rothschild à Paris (qui s’occupe notamment d’aide, d’accompagnement et de soins aux handicapés), afin de savoir s’il est possible de faire quoi que ce soit concernant le handicap de leur fille. Divers spécialistes de la neurochirurgie pédiatrique et des praticiens hospitaliers, se réunissent alors en urgence. Et, bonne nouvelle, leur enfant est opérable, relate mercredi La Voix du Nord.

Ainsi, alors que les médecins de Boulogne n’auraient rien envisagé d’autre que des soins palliatifs selon la famille, Heily va pouvoir être opérée. Même si le bébé doit désormais passer dans les jours qui viennent une batterie d’examens avant l’intervention chirurgicale, les parents sont heureux. Ils témoignent :

Si on nous avait dit que notre fille n’avait aucune chance, nous l’aurions accepté, très difficilement, mais nous l’aurions fait. Maintenant, nous reprenons espoir et nous ferons tout notre possible pour Heily

Publié le vendredi 15 septembre 2017 à 14:01, modifications vendredi 15 septembre 2017 à 13:10

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !