Santé

Création d’un “label maternité” suite aux dénonciations de mauvais traitements gynécologiques

Suite à de nombreuses plaintes dénonçant les violences gynécologiques subies par certaines femmes, le collège des gynécologues et obstétriciens français a décidé de créer un “label maternité” afin que les établissements respectent certaines conditions requises.

Recours trop fréquents à la césarienne, à l’épisiotomie, non-respect du secret médical, gestes brutaux… Telles sont les violences vécues par certaines femmes lors de leurs accouchements ou de rendez-vous gynécologiques. Face aux dénonciations qui se sont multipliées notamment cet été, le collège des gynécologues et obstétriciens français a décidé de traiter la question lors d’un congrès qui s’est ouvert le mercredi 6 décembre. 3 000 praticiens de toute la France se sont retrouvés à Lille afin de discuter pendant 3 jours à propos de «la santé de la femme» peut-on lire sur la brochure. La création d’un label maternité a été évoquée.

Respecter un cahier des charges très précis

C’est en juin 2018 que le label devrait apparaître sur les portes des maternités. D’ici là, afin que les établissement puissent l’obtenir, ils devront respecter un cahier des charges très précis et répondre aux conditions requises. Les taux de césariennes et d’épisiotomies, qui devront être conformes à la moyenne nationale seront surveillés de près ainsi que l’attention portée aux femmes qui accouchent. Selon, France Info, sur les 513 établissements français, la moitié pourrait être labellisée d’ici à six mois.

Nous voulons que les maternités améliorent l’accueil et la bientraitance des patientes. Nous voulons atténuer le mauvais vécu de certaines femmes face à l’accouchement. Je souhaite que, pratiquement, il n’y ait plus de césarienne en urgence qui ne soit pas commentée en aval par son auteur.

explique le professeur Israël Nisand, à l’origine de ce label.

Une application internet permettra aux femmes de vérifier si l’établissement dans lequel elles sont accueillies bénéficie du label. Elles pourront également décrire la manière dont elles ont accouché et confirmer ou non si la maternité a tenu ses engagements. Dans le cas où l’établissement ne respecterait pas ses promesses, le label sera retiré à la maternité.

Publié le jeudi 7 décembre 2017 à 16:04, modifications jeudi 7 décembre 2017 à 15:34

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !