Santé

Cigarettes : Mais pourquoi est-ce si difficile d’arrêter de fumer ?

Les Français prennent conscience du danger de la cigarette

On le sait : fumer est très mauvais pour la santé, et les cigarettes ont de graves conséquences… Et pourtant, le pourcentage de Français qui fument ne diminue pas… Pourquoi ? On vous explique !

Fumer c’est mauvais pour la santé. On le sait, on nous le rabâche sans arrêt depuis des années… et pourtant, on fume toujours ! Et oui, malgré les très nombreuses campagnes de prévention incitant les Français à arrêter de fumer, le pourcentage de fumeurs ne diminue pas…

Ils sont certes nombreux à envisager d’arrêter. Mais ils manquent de volonté, ou ont peur de manquer, ou encore ressente un énorme stress à l’idée d’abandonner la cigarette. Malgré tout, il est important de prendre en compte les dramatiques conséquences du tabac sur notre santé. Car oui, fumer augmente les risques de cancer (notamment du poumon et de l’œsophage), ainsi que le risque d’accidents cardio-vasculaires… Il y a tellement de mauvaises choses liées à la cigarette que ce serait difficile de tout citer… et pourtant, on les connaît !

Alors pourquoi est-ce si difficile d’arrêter de fumer ? On vous explique !

Le tabac c’est tabou…

Le 31 mai, comme chaque année, c’est la journée mondiale sans tabac. C’était donc hier ! Une occasion rêvée de publier une enquête intéressante réalisée par Ifop/Pfizer. On y apprend que 7 fumeurs sur 10 en France ont déjà essayé d’arrêter de fumer. 42% d’entre eux ont même essayer à plusieurs reprises !

Selon eux, le stress est la principale cause de leur échec. Pour 15% d’entre eux, c’est la peur du manque qui les a empêchés d’arrêter définitivement de fumer.

On en viendra tous à bout…

Ceux qui souhaitent arrêter de fumer optent généralement pour l’arrêt sans accompagnement. Pourtant, c’est un réel soutien que d’être suivi par un professionnel pour arrêter de fumer. Mais 52% de ceux qui ont répondu au sondage avoue avoir tenté d’arrêter tout seul. Malheureusement, pour la majorité d’entre eux, ce fut un échec cuisant.

11% des sondés étaient suivis par un professionnel de la santé. Et 37% avaient plutôt choisi une méthode reconnue comme l’hypnose ou encore la sophrologie. Certains ont également préféré les substituts nicotiniques vendus en pharmacie.

51% d’entre eux étaient prêts à suivre un traitement médical et 24% à être accompagné par un médecin. Malheureusement, ils ne sont jamais allés jusqu’au bout de leur démarche, et n’ont pas réussi à arrêter de fumer… Un échec qu’ils vivent mal, puisqu’ils se sentent faibles, et décident donc de reprendre la cigarette. Chaque échec est une terrible épreuve pour le fumeur qui souhaite réellement arrêter.

Et les jeunes ?

Les lycéens et les étudiants sont dans une toute autre optique puisqu’ils n’ont pas envie d’arrêter de fumer.

Certains souhaitent se libérer du tabac pour préserver leur santé au maximum, et c’est d’ailleurs la principale source de motivation. La seconde raison invoquée étant financière puisque oui, fumer ça coûte très cher !

Une prise de conscience collective

Cependant, depuis quelques années, les spécialistes s’accordent à dire qu’il y a une véritable prise de conscience des dangers du tabac. Les Français savent que fumer est mauvais et très dangereux, et qu’ils doivent arrêter le plus vite possible. Cependant, l’écart entre la prise de conscience et l’arrêt définitif du tabac est encore énorme !

On constate en effet que le nombre de Français qui fument stagne depuis plusieurs années. Et c’est pourtant un enjeu de santé publique particulièrement important… Il faut savoir que la consommation de tabac tue plus de 7 millions de personnes chaque année dans le monde et coûte plus de 1 400 milliards de dollars en dépenses de santé et en perte de productivité. Ce qui est tout simplement énorme !

La France, à la traîne…

Plus d’un tiers des Français sont des fumeurs. Et cette proportion ne diminue plus depuis 2010. Ce n’est pas faute de mettre en place de nombreux programme de réduction du tabagisme, avec le paquet de cigarettes neutre par exemple, ou encore l’augmentation régulière des prix. Malgré tout, près de 35% des 15-75 ans fument du tabac régulièrement…

Les chiffres sont bien plus élevés en France que chez nos voisins puis l’Italie et la Grande-Bretagne ne compte que 25% de fumeurs en Allemagne, 20% de fumeurs sur la même tranche d’âge, et les Etats-Unis ou encore l’Australie ne comptent que 15% de fumeurs parmi les adultes ! On constate dans ces pays une baisse constante du nombre de fumeurs, ce qui n’est pas le cas dans notre pays….

Des disparités sociales

On constate également une augmentation des inégalités sociales face au tabac. En effet, le phénomène est en évolution constante depuis les années 2000. Que faut-il comprendre ? Et bien tout simplement que les personnes défavorisées fument davantage que les autres. Les catégories socioprofessionnelles supérieures se libèrent plus facilement du tabac que les autres… On parle donc ici du niveau d’étude, qui est déterminant dans le fait de fumer des cigarettes

Mais c’est la même chose pour les revenus. En effet, les populations les moins aisées fument beaucoup plus que ceux qui sont plus riches. La moitié des personnes au chômage fument, ce qui est révélateur ! Mais pourquoi y a-t-il autant de disparités sociales ?

En réalité, les facteurs explicatifs sont très simples. En effet, il semble que les personnes défavorisées aient besoin de gérer davantage de stress et aient beaucoup de mal à se projeter dans l’avenir. Du coup, les messages de prévention n’ont que peu ou pas d’effet sur eux. Certes, ils aimeraient arrêter, mais la plupart d’entre eux n’essaie même pas, estimant que la période n’est pas la bonne.

Et la cigarette électronique ?

Nombreux sont ceux à avoir mis beaucoup d’espoir dans la cigarette électronique. En effet, l’engouement pour l’e-cigarette a été très important. Mais l’usage quotidien de la cigarette électronique est en nette diminution. En effet, il semble y avoir un effet de lassitude au niveau de cette alternative à la cigarette. D’autant plus que certaines études semblent prouver que le vapotage n’est pas forcément meilleur pour la santé que le tabac…

Malheureusement donc, malgré toute la bonne volonté des Français, ils sont très peu à arrêter de fumer. Les campagnes de prévention sont pourtant nombreuses et les actions menées par l’Etat pour aider les fumeurs à stopper la cigarettes sont innovantes… Il semble que tout cela ne suffise pas, du moins pour l’instant. Car il y a bel et bien une prise de conscience collective, ce qui est encourageant. En espérant que la tendance va diminuer et que les non-fumeurs seront de plus en plus nombreux !

Publié le jeudi 1 juin 2017 à 13:23, modifications jeudi 1 juin 2017 à 12:49

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !