Santé

Chine : Des embryons génétiquement modifiés pour lutter contre le Sida

Une équipe chinoise annonce avoir modifié le génome d’embryons humains afin de les rendre résistants à l’infection du VIH, le virus responsable du Sida.

Le 8 avril 2016, des chercheurs chinois, de l’Université médicale de Guangzhou, ont publié un article dans le Journal of Assisted Reproduction and Genetics dans lequel ils expliquent avoir modifié le génome d’embryons humains, introduisant une mutation dans des cellules, les rendant ainsi résistantes au VIH.

La modification obtenue n’est pas une grande réussite. Seulement quatre embryons sur 26 ont été modifiés avec succès. Une analyse génétique a montré que tous les embryons n’avaient pas été modifiés et que d’autres avaient subi une mutation différente.

Cependant, la technique d’édition génétique CRISPR permet d’intervenir sur le génome avec une facilité inégalée jusque-là. Ainsi, elle est porteuse de nombreux espoirs thérapeutiques, même si ceux-ci sont encore loin d’être satisfaisants.

L’annonce ravive un débat déjà brûlant, puisqu’en un an, il s’agit de la deuxième fois qu’une équipe médicale modifie des embryons humains. En avril 2015, une première publication dans la revue scientifique chinoise Protein & Cell faisait état de telles expériences. À l’époque le gène codant l’hémoglobine humaine avait été modifié afin de soigner la thalassémie, une maladie génétique.

La Chine s’entête donc et entend poursuivre ses manipulations génétiques d’embryons humains, en dépit des inquiétudes d’ordre éthique qu’elles suscitent. À ce propos, Han Bin, directeur du Centre chinois pour la recherche génétique, a estimé que les bénéfices thérapeutiques potentiels de la technique pour lutter contre les maladies liées à l’hérédité, comme le cancer, devraient l’emporter sur les scrupules.

Publié le vendredi 15 avril 2016 à 12:18, modifications vendredi 15 avril 2016 à 10:08

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !