Santé

Cette molécule pourrait détruire des tumeurs cancéreuses

Un nouvel espoir pour les malades

Un petit essai clinique, donc les résultats ont été dévoilés samedi dernier, pourrait être prometteur dans le traitement de certains cancers.

De quoi parle-t-on dans cet essai clinique ? Et bien d’une molécule expérimentale qui porte le drôle de nom de larotrectinib. Or, cette molécule pourrait bien devenir une solution envisageable pour soigner certains cancers. En effet, selon l’étude parue samedi dernier, cette molécule aurait des effets prometteurs contre une anomalie génétique rare qui entraîne la prolifération des cellules cancéreuses…

Une étude prometteuse

C’est la firme américaine de biotechnologie Loxo Oncology Inc qui a mené cette recherche. 76% des malades (enfants et adultes) qui ont participé à cet essai ont répondu favorablement au traitement. Ces malades sont atteints de dix-sept différents cancers en stade avancé.

Cette molécule est très particulière et cible un défaut génétique. On parle de fusion TRK. Chez les patients visés par cette étude, les gène TRK s’attachent à d’autres gènes de façon totalement anormale, ce qui entraîne une accélération de la prolifération des cellules cancéreuses.

Les 43 adultes et 12 enfants qui ont participé à cet essai clinique ont vu leur état s’améliorer très nettement. Ces patients souffraient notamment de cancers du côlon, du pancréas et du sein. Les enfants quant à eux sont pour la plupart atteints d’un fibrosarcome infantile.

Que s’est-il passé ?

Les résultats de cet essai clinique sont encourageants. C’est en tout cas ce qui a été démontré lors de la conférence annuelle de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO), plus grand colloque mondial sur le cancer avec plus de 30.000 participants, qui s’est tenu à Chicago ce week-end.

L’objectif est de proposer la commercialisation du traitement afin de cibler les traits génétiques des malades ou de la tumeur, plutôt que de soigner l’organe atteint directement par le cancer.

Quels sont les résultats ?

Certains patients peuvent être guéris, mais il faut prévoir une amputation qui peut les défigurer. Cependant, les résultats sont incroyables puisque 76% des malades traités avec la molécule larotrectinib ont vu leur tumeur très nettement diminuer. 12% d’entre eux ont même eu une rémission complète de leur cancer.

Autre point très positif de ce traitement : l’absence totale d’effet secondaire puisque qu’il n’y a aucun toxicité. Cependant, tous les patients poursuivent encore le traitement, certains le recevant déjà depuis plus de deux ans.

Il faut maintenant voir sur le long terme. Toujours est-il que Loxo souhaite demander une mise en marché de cette molécule. Chaque année, 5 000 personnes sont diagnostiquées avec ce défaut génétique, mais avec un dépistage plus systématique, le nombre pourrait nettement augmenter.

Un bel espoir pour de nombreux malades…

Publié le mardi 6 juin 2017 à 12:03, modifications mardi 6 juin 2017 à 10:11

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !