Santé

Les cas de varicelle se multiplient en France

Les Pays de la Loire, région la plus touchée

En moins d’une semaine le nombre de cas de varicelle a considérablement augmenté en France. Tout comme le nombre de régions où l’activité du virus est considérée comme forte.

Après la grippe, la bronchiolite et la gastro-entérite, c’est au tour de la varicelle de sévir sur le territoire français.

En effet, le réseau Sentinelles a émis son bulletin hebdomadaire pour la semaine du 13 au 19 mars 2017. 

Il a ainsi déclaré que l’activité de cette maladie a été signalée comme modérée à forte selon les régions.

L’organisme chargé de suivre la progression des maladies a estimé

Le taux d’incidence des cas de varicelle vus en consultation de médecine générale a été estimé à 37 cas pour 100 000 habitants.

Il s’agit d’une forte augmentation par rapport à la semaine précédente, où le taux d’incidence était estimé à 17 cas pour 100 000 habitants.

En grande majorité les enfants de moins de 5 ans

Cette maladie infectieuse est particulièrement contagieuses et touche principalement les enfants de moins de cinq ans.

Ainsi, un éternuement sans mettre la main devant la bouche ou un bisou un peu trop poussé peut suffire à propager le virus nommé varicelle-zona.

La période d’incubation est généralement comprise entre 10 à 21 jours.

Ensuite, les premiers signes visibles de la varicelle sont une fièvre pouvant aller jusqu’à 38°. S’ajoutent des rougeurs sur la peau pendant quelques heures.

Après cela, des petits boutons appelés vésicules font leur apparition, provoquant de fortes démangeaisons. Celles-ci sèchent en quelques jours pour se transformer en croûtes qui tombent au bout d’une semaine. Généralement, il n’y a pas grand-chose à faire si ce n’est d’éviter de se gratter. Il faut également contrôler, par des mesures d’hygiène simples, les possibles surinfections.

S’il s’agit d’une maladie qui reste bénigne chez les plus jeunes, il est en revanche plus dangereux d’attraper la varicelle pour un adulte.

Actuellement, huit régions sont particulièrement touchées. Les régions où l’épidémie est la plus forte sont : les Pays de la Loire (74 cas pour 100 000 habitants), de l’île de France (50 cas), de la Nouvelle Aquitaine (49 cas). Suivent le Grand Est (47 cas) et les Hauts de France (40 cas).

Même si l’activité y est modérée, la vigilance reste de mise en Bretagne (37 cas), en Corse (35 cas) et en Occitanie (27 cas).

Publié le samedi 25 mars 2017 à 9:24, modifications vendredi 24 mars 2017 à 22:11

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !