Santé

Cancer du pénis : les patients ne veulent pas être amputés

Un quart des patients qui devraient se faire amputer le pénus refusent de passer à l’acte.

C’est un chiffre effrayant. Un quart des hommes qui souffrent d’un cancer du pénis refusent de se faire amputer partiellement ou totalement. Ils sont donc nombreux à ne pas se soigner complètement.

Deux fois plus de chance de survivre

Les opérations du pénis sont toujours un sujet sensible. Mais, lorsqu’il s’agit de vie ou de mort, on peut être surpris des résultats dévoilés par l’Association Européenne d’Urologie. Celle-ci tient actuellement à Copenhague au Danemark, son 33e congrès. Et elle vient de dévoiler une étude surprenante.

Un quart des hommes atteints d’un cancer du pénis qui auraient besoin d’une amputation partielle ou totale refusent finalement de passer sur le billard. Pourtant, d’un point de vue de la santé, il n’y a pas matière à débattre. Ceux qui subissent une ablation sont deux fois plus nombreux à survivre. Le problème serait au final celui d’un choix cornélien, comme le résument nos confrères de 20 Minutes.

 D’un côté “garder son pénis, mais rester malade”. De l’autre “ne plus avoir d’attribut masculin et guérir”. L’étude menée sur 425 hommes entre 2010 et 2016 montrent que la barrière est donc surtout mentale. Il serait aussi nécessaire de mieux éduquer et informer sur le sujet. Les patients et le corps médical ! Avec seulement 1 homme sur 100.000 touchés, le cancer du pénis n’est pas très connu et les médecins eux-mêmes maîtriseraient parfois mal le sujet. Dans la moitié des cas, ils ne proposent même pas l’opération !

Publié le mardi 20 mars 2018 à 18:36, modifications mardi 20 mars 2018 à 15:55

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !

En direct