Santé

Aveugle depuis 40 ans, il recouvre la vue grâce à un oeil bionique

Voilà plus de 40 ans qu’un texan rêvait de recouvrer la vue. Un rêve aujourd’hui devenu réalité grâce à un implant bionique implanté dans l’un de ses yeux.

Un miracle ! C’est le mot qu’utilise dorénavant chaque matin John Jameson, un américain devenu malvoyant après avoir contracté, il y a 40 ans, une infection qui le privera de sa vue. Mais après avoir subi une opération en avril dernier, John Jameson le dit aujourd’hui non sans une immense joie : il revoit !

Récemment validée par la Food & Drug Administration (FDA), la procédure visant à greffer un implant technologiquement avancé dans l’oeil d’un patient s’est avérée être un véritable succès pour ce texan, qui doit avant tout sa nouvelle vision à sa femme qui, pendant de nombreuses années, n’a eu de cesse de se documenter sur les nouvelles technologies en matière oculaire.

Elle-même non-voyante, l’épouse de John Jameson s’est tenue prête pour le moment où les techniques seraient assez avancées pour que les autorités sanitaires américaines valident leur utilisation, ce qui est maintenant le cas, depuis le début de l’année. Après avoir pris contact avec le Docteur Christopher Shelby de Shreveport, en Louisiane, l’opération du texan a eu lieu il y quelques semaines, avec le résultat que l’on connaît aujourd’hui, comme John le confie lui-même :

Quand je me lève le matin, j’aime voir la nature se réveiller. C’est miraculeux pour moi. J’ouvre les yeux et je suis impatient de découvrir ce que je n’ai pas encore pu voir.

Bien que souffrant encore de vision double, le temps que le cerveau s’adapte à l’oeil bionique, la situation s’améliore de jour en jour.

A terme, cette nouvelle technologie devrait se démocratiser afin de permettre d’offrir à des millions de malvoyants la chance de recouvrer l’usage de la vision.

Publié le vendredi 20 mai 2016 à 12:34, modifications vendredi 20 mai 2016 à 12:36

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !