Santé

8 Français sur 10 sont en faveur de la légalisation du cannabis médical

Les Français sont en très grande majorité favorable à une légalisation du cannabis médical, mais le pouvoir public reste indécis sur la question.

Une nouvelle étude signée Terra Nova montre que les mentalités ont beaucoup évolué au sujet du cannabis, et plus particulièrement du cannabis thérapeutique. La ministre de la santé Agnès Buzyn elle-même a récemment reconnu le retard de la France dans ce domaine le mois dernier, reprenant la position de sa prédécesseure Marisol Touraine.

Les mentalités changent

Selon une étude IFOP publié ce lundi 11 juin 2018, effectuée pour les organismes Terra Nova et Echo Citoyen, 82 % des Français sont favorables à la légalisation du cannabis thérapeutique sur ordonnance. En revanche, ils sont seulement 51% À se déclarer en faveur d’une légalisation totale. Enfin, 73 % d’entre eux affirment que l’État devrait participer financièrement à la recherche sur les vertus thérapeutiques du cannabis.

Cette étude a été conduite à travers une série d’entretiens donnés du 15 au 18 mai sur près de 2000 personnes à partir de 18 ans, et représentatifs de la population française. Or, quelques jours après seulement, l’actuelle ministre de la santé Agnès Buzyn avait reconnu que la France a pris beaucoup de retard dans la recherche et la commercialisation de médicaments autour du cannabis médical.

Celle-ci en a même profité pour demander une étude sur le sujet, afin d’obtenir un bilan complet sur la question. En outre, pour elle, il n’est pas question d’ « exclure » le cannabis de l’éventail thérapeutique uniquement pour ses effets secondaires psychotropes. Le cannabis thérapeutique a en effet prouvé son efficacité dans le traitement de douleurs très affligeante. Il n’est donc pas exclu que le cannabis médical soit finalement légalisé en France dans les prochaines années.

Un retard accumulé

En Europe, 17 pays ont déjà légalisé le cannabis médical, ou sont en voie de le faire. Dans ce cadre, la position de la France semble contradictoire. En effet, en 2013, Marisol Touraine avait autorisé la vente de deux médicaments à base de cannabis, avec à la clé et une autorisation de commercialisation pour le Satiex, qui contient entre autres du THC (ou tétrahydrocannabinol, la molécule psychoactive du cannabis), pour les malades atteints de la sclérose en plaques.

Mais à cause du prix prohibitif du médicament, qui a été fixée à 240 € la boîte par le laboratoire espagnol qu’il commercialise, l’État Français ne l’a finalement jamais proposé à la vente. Le problème, c’est que ce médicament s’adresse seulement à 2000 patients, avec un coût de développement important. La situation n’a ainsi toujours pas été réglée.

Les patients doivent donc aller acheter ce produit à l’étranger. D’autres médicaments ont toutefois été légalisés comme le Marinol et l’Epidiolex pour lutter contre le cancer et l’épilepsie, mais il reste très difficile de les obtenir. Le reste des patients doit faire le voyage jusqu’en Suisse ou en Hollande pour acheter ces produits.

Des décisions fortes sont attendues

Toutefois, pour plusieurs associations, les morts rassurants d’Agnès Buzyn ne signifient pas pour autant que la légalisation est imminente. En effet, pour Fabienne Lopez, présidente de l’association Principes actifs, la ministre actuelle répète simplement ce qu’avait déjà dit Marisol Touraine par le passé. Pour le député LREM Olivier Véran, également neurologue, il manque encore en France une étude de grande ampleur sur la question.

Le ministère de la santé est resté quant à lui très laconique au sujet des déclarations récentes de Mme Buzyn. Des actes forts sont maintenant attendus par toutes les associations en faveur de la légalisation. Certaines d’entre elles réclament d’ailleurs la création d’un statut d’usager thérapeutique pour faciliter la légalisation.

Pour ce qui est de la légalisation du cannabis récréatif, le gouvernement ne semble pas prêt avancer sur la question, étant donné la nouvelle amende mise en place par Emmanuel Macron qui vient renforcer la pénalisation des consommateurs de cannabis.

Il faut pourtant rappeler que dans les pays qui ont légalisé le cannabis, les retombées économiques positives ont été très importantes, avec notamment la création de 16 000 emplois pour le Colorado uniquement, et près de 135 millions de dollars de dollars de taxes gagnées par l’Etat pour la seule année 2015. Toutefois, les hospitalisations liées à un mésusage du cannabis ont également beaucoup augmenté depuis la légalisation.

Publié le lundi 11 juin 2018 à 18:43, modifications lundi 11 juin 2018 à 16:25

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !