Santé

1000 produits cosmétiques dont 23 hors la loi… pointés du doigt par l’UFC-Que Choisir

Un scandale pour les consommateurs

L’UFC –Que Choisir a fait paraître ce mercredi 7 juin une liste de 1000 produits cosmétiques potentiellement dangereux, dont 23 sont carrément hors la loi…

L’UFC –Que Choisir vient de publier une liste de plus de 100 produits cosmétiques qui sont jugés nocifs pour la santé humaine. Jusqu’à présent, l’association avait mis à jour 400 produits, dont la liste était connue et diffusée. Mais aujourd’hui, la situation empire car l’association de consommateurs pointe du doigt bien plus de produits… Et le pire, c’est que 23 d’entre eux renferment des substances qui sont normalement interdites !

Alors quels sont ces produits ? Quels sont les risques ? On vous dit tout !

Quels sont ces produits ?

Les produits visés par l’association de consommateurs UFC-Que Choisir sont des produits utilisés quotidiennement. Ces derniers regorgent de produits chimiques et dangereux, qui sont très mauvais pour notre santé. On parle ici d’une liste noire visant directement les déodorants, les parfums, les produits solaires, les produits pour enfants, les soins du visage, les soins du corps, les soins pour cheveux ou encore tous les produits d’hygiène dentaires. Quand on vous dit que ce sont des produits courants… Car oui, ce sont des choses que tout le monde utilise tous les jours !

Or, l’association a fait la chasse à des produits potentiellement toxiques. Voire carrément illégaux ! Au cours de leur enquête, les responsables ont été très surpris de découvrir que certains produits vendus en toute légalité contenaient des composants interdits comme des perturbateurs endocriniens notamment.

Or, on le sait, les perturbateurs endocriniens sont dangereux. Depuis plusieurs années maintenant, on nous explique à quel point c’est mauvais et dangereux pour notre santé. Alors comment se fait-il qu’on en retrouve dans des produits du quotidien ? C’est une question légitime !

Une situation alarmante

Bien évidemment, l’association UFC-Que Choisir tire la sonnette d’alarme. Ce qu’elle souhaite, c’est mettre en garde les consommateurs contre certains produits que l’on trouve au supermarché. Car nous les achetons en toute confiance, sans forcément lire les étiquettes. De toute manière, il faut bien avouer que les étiquettes ne sont pas toujours faciles à déchiffrer, et qu’on ne peut pas se permettre de tout éplucher. Alors on fait confiance… mais on a visiblement tort !

Parmi les produits qui sont directement pointé du doigt, on retrouve : le déodorant Natur Protect de Sanex, l’Huile sèche sublimante du Petit Marseillais, le dentifrice Global Blancheur de Sanogyl, le gel à l’arnica de Mercurochrome,… Comme vous pouvez le constater, ce sont des produits que vous connaissez, que vous êtes susceptibles d’utiliser pour toute la famille, y compris les enfants !

Des informations trompeuses

Le problèmes, d’ailleurs souligné par l’UFC-Que Choisir, c’est que les étiquettes de ces produits sont trompeuses. En effet, on voit souvent sur le packaging que ce sont des produits idéaux pour les peaux sensibles, qu’ils sont apaisants ou encore hypoallergéniques. Ce qui n’est en réalité absolument pas le cas ! L’association a en effet tenu à expliquer la chose suivante :

C’est à qui se montrera le plus inoffensif parmi ces produits qui pourtant contiennent un allergène des plus redoutables, la methylisothiazolinone (MIT), parfois associé à son proche parent la methylchloroisothiazolinone (MCIT).

Par exemple le gel pour l’hygiène intime de Intima est hypoallergénique. Et donc, on fait confiance à la marque. Mais il contient des substances chimiques potentiellement dangereuses pour la santé humain ! Il en est de même avec de nombreux produits, comme par exemple la très célèbre crème apaisante Mytosil pour les fesses des bébés ! Cette dernière contient un perturbateur endocrinien particulièrement dangereux, qui n’est autre que le BHA…

D’autres produits, notamment pour les cheveux, contiennent pour leur part du méthylisothiazolinone (MIT), ou du méthylchloroisothiazolinone (MCIT), des substances considérés comme dangereuses et interdites dans notre pays depuis juillet 2016.

Un retrait du marché ?

L’association UFC-Que Choisir a créé un véritable tollé avec la publication de cette étude. Il faut bien avouer que c’est très dérangeant, et que les consommateurs se sentent lésés et mis en danger par ces produits. Ces produits sont vendus en supermarché bien sûr, mais également en pharmacie… On a pourtant tendance à faire confiance aux officines pour la qualité de leurs produits… Là encore, c’est visiblement une erreur !

De ce fait, l’association a demandé expressément à la Commission européenne de publier une définition ambitieuse des perturbateurs endocriniens. Et surtout de retirer immédiatement du marché les 23 produits contenant des substances interdites. Donc voici la liste :

  • Crème mains nutritive, Byphasse
  • Fond de teint Poudre minérale, Maria Galland
  • Fixation blindée force 10, Vivelle Dop
  • Soin jour énergie, Evoluderm
  • Gelée ultra fresh, Jouvence
  • Vita lift 5, L’Oréal Men Expert
  • Après-soleil spray hydratant, Lovea
  • Protection 50 kids cars,  Lovea
  • Après soleil Lait hydratant, Lovea
  • Olive oil Crème de cheveux, Ors
  • Hair Fertilizer, Ors
  • Carrot oil, Organic Root Stimulator
  • Olive Crème fructifiante intense, New Organic
  • Pommade de traitement Moelle de bœuf, New Organic
  • Baby Girl Curls, Aunt Jackie’s
  • Quench!, Aunt Jackie’s
  • Anti-breakage, oil moisturizer, Dark & Lovely
  • Curlific!, ApHogee
  • Spray SOS pointes sèches, Phyto Specific
  • Soin intégral hydratant, Phyto Specific
  • Maxi tone exclusive Whitenizer, Fair&White
  • Gouttes lèvres, Mavill
  • Lait vitaminé Sublimateur de bronzage Pailleté or 4, Soleil noir.

Ces 23 produits sont donc carrément hors la loi. Et il est certain que vous en connaissez certains ! Peut-être même avez-vous l’habitude d’en acheter parfois ? Et bien sachez qu’ils contiennent des substances dangereuses, et qu’ils n’auraient jamais dû être vendus. Un véritable scandale pour les consommateurs !

Que va-t-il se passer ?

Et bien on n’en sait trop rien ! On espère bien évidemment que ces produits seront très rapidement retirés du marché. Mais comment savoir qu’ils ne réapparaîtront pas sous une autre forme d’ici quelques mois ?

Le Président de la Fédération Française des Entreprises de la Beauté, FEBEA, Patrick O’Quin, est rapidement sorti du silence suite à la parution de l’enquête UFC-Que Choisir ce mercredi 7 juin. Il a été interrogé par l’Agence France Presse, et a appelé les distributeurs à retirer ces produits du marché, conformément à la réglementation en vigueur actuellement.

Il explique que la complexité des chaînes de distribution pourrait expliquer la présence dans certains produits de substances pourtant interdites. Mais il affirme toutefois que c’est inexcusable, et qu’il faut agir rapidement. Ce que tout le monde espère bien évidemment, les consommateurs notamment !

C’est donc un nouveau scandale qui fait son apparition, et il va falloir suivre les suites de très près, car ça concerne nos enfants, nos familles, notre santé à tous. Un dossier important qu’il ne faut pas perdre de vue… A suivre !

Publié le vendredi 9 juin 2017 à 13:33, modifications vendredi 9 juin 2017 à 11:25

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !