Actualité

Saint-Denis : Jawad Bendaoud, « le logeur de Daech », de nouveau interpellé et placé en garde à vue

Jawad Bendaoud a été interpellé après avoir insulté des policiers. Il a été placé en garde à vue pour « outrages, usage et détention de stupéfiant ».

Jawad Bendaoud, « le logeur de Daech » a été interpellé à Saint-Denis après avoir insulté des policiers.  Selon Europe 1,  il aurait filmé la scène avec son téléphone portable. Il avait sur lui quelques grammes de cannabis, a également précisé une autre source proche de l’affaire. Il a été placé en garde à vue mercredi 4 juillet en fin de journée pour « outrages », « usage et détention de stupéfiants ». Lors de son interpellation, il aurait encouragé les jeunes présents à proximité à le libérer. Il était toujours en garde à vue jeudi matin.

Furieux, son avocat, Xavier Nogueras, s’est refusé à confirmer la garde à vue. Il a simplement indiqué vouloir déposer plainte pour « violation du secret de l’enquête ». En effet, après sa sortie de prison, le défenseur s’était interrogé sur les capacités de son client à « résister à la pression médiatique ».

Un procès en novembre prochain

Pendant plusieurs semaines, Jawad Bendaoud était devenue la risée des réseaux sociaux après ses explications à la télévision sur le logement qu’il avait mis à disposition du commando qui avait perpétré les attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis. « Le logeur de Daech » a été relaxé en février du chef de « recel de malfaiteurs terroristes » par le tribunal correctionnel de Paris. Pourtant, le parquet de Paris, qui avait requis 4 ans de prison, a fait appel de cette décision. Ainsi, il sera rejugé à partir du 21 novembre.

En outre, en avril, l’homme de 31 ans, habitué des tribunaux et des coups d’éclat médiatiques, a été condamné à six mois de sursis pour des menaces sur son ex-compagne.  Ce sursis s’accompagnait d’une mise à l’épreuve de deux ans pendant lesquels il devait être soumis à l’obligation de se soigner, de travailler ou de se former. Et il lui était formellement interdit d’entrer en contact avec la plaignante.

Enfin, en juin dernier, Jawad Bendaoud avait été hospitalisé en psychiatrie après une crise de démence survenue chez ses parents à Saint-Denis. C’est sa famille qui aurait appelé la police et l’aurait fait interner d’office. Il était rapidement sorti de l’hôpital. Puis, ramené au domicile familial en début de soirée par son père.

Publié le vendredi 6 juillet 2018 à 9:02, modifications vendredi 6 juillet 2018 à 9:09

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !