Actualité

Route du Rhum: Thomson ému et fair-play après son crash sur une falaise

Particulièrement ému, le Britannique Alex Thomson s’est dit “honoré” d’avoir pu terminer vendredi sa première Route du Rhum alors qu’il avait percuté une falaise quelques heures auparavant, un crash qui l’a privé de la victoire dans sa catégorie, les Imoca (monocoques de 18 m).

Il aurait dû être le premier skipper britannique depuis Ellen Mc Arthur en 2002 à remporter la célèbre transatlantique française en solitaire en Imoca. Mais la vie en a décidé autrement.

A 75 milles de l’arrivée (environ 140 km), au nord de la Guadeloupe, Thomson (Hugo Boss) a percuté une falaise, endommageant sérieusement son bateau. N’ayant d’autre choix que d’utiliser son moteur pour se dégager du mur du pierre, il a pu repartir mais a écopé d’une pénalité de 24 heures pour utilisation du moteur, la sanction minimum pour ce genre de transgression dans la course au large.

“Je suis content d’être ici avec le bateau. La nuit dernière (jeudi à vendredi) aurait pu être pire. C’est triste pour moi, pour le bateau, pour l’équipe. Le jury a décidé de m’infliger une pénalité de 24 heures, ce qui veut dire que je ne gagnerai pas la Route du Rhum (en Imoca). Je pense que c’est juste parce que je ne devais pas gagner après m’être échoué”, a dit Thomson, debout et pieds nus sur son bateau noir amarré dans la marina, alors que son jeune fils se tenait assis derrière lui.

Vivre et apprendre

Elegant comme il aime l’être en toutes circonstances, la star anglaise de la course au large a raconté qu’il s’était décidé à dormir un peu, comptant sur sa montre qui envoie de légères décharges électriques en guise de réveil. Mais déchargée, elle n’a pas fonctionné et Thomson s’est échoué sur une falaise au nord de l’île.

Le skipper Alex Thomson exhibe un caillou de la falaise qu'il a heurtée la veille avec son Imoca Hugo Boss, à Pointe-à-Pitre, le 16 novembre 2018

(credit photo AFP) Le skipper Alex Thomson exhibe un caillou de la falaise qu’il a heurtée la veille avec son Imoca Hugo Boss, à Pointe-à-Pitre, le 16 novembre 2018

Le bateau a été fortement endommagé dans la collision, avec notamment un trou dans la coque, une étrave touchée, le foil tribord endommagé ainsi que la quille. Mais ne constatant pas de voie d’eau, il avait choisi de tenter de finir sa course. C’est chose faite: il lui aura fallu 11 jours 23 heures et 10 minutes pour achever sa traversée en solitaire. Et 10 heures pour terminer sa course depuis l’accident.

Le Gallois de 44 ans a eu toutes les peines du monde à retenir ses larmes en évoquant le Français Paul Meilhat (SMA), son poursuivant direct attendu de fait comme le vainqueur en Imoca, vendredi soir mais pas avant 19h30 locales (00h30 en métropole).

“J’espère que Paul (Meilhat) va gagner, j’en serais heureux. Avec un bateau sans foils (appendices pour voler, NDLR). Il me tarde de l’accueillir. Tout ce que je peux faire c’est vivre et apprendre. Rester fort, apprendre, devenir meilleur”, a dit Thomson la voix serrée, avant d’être ovationné par la foule.

Souvenir

Il s’agissait de la première Route du Rhum pour Thomson, complètement accro au mythique Vendée Globe, cette course autour du monde en solitaire à bord des Imoca, à laquelle il a déjà participé quatre fois avec une 2e place lors de la dernière édition en 2016, acquise sur ce même bateau.

Le Britannique Alex Thomson, parti à bord du Hugo Boss pour la Route du Rhum 2018, depuis à Saint-Malo le 4 novembre 2018

(credit photo AFP/Archives) Le Britannique Alex Thomson, parti à bord du Hugo Boss pour la Route du Rhum 2018, depuis à Saint-Malo le 4 novembre 2018

Thomson, qui a ramené comme “souvenir” un morceau de la falaise qu’il a percutée, a d’ailleurs signé sa dernière course à la barre de ce navire de 60 pieds. Pour le Vendée Globe 2020/2021, il s’alignera sur un bateau flambant neuf, mis à l’eau l’été prochain.

La journée de vendredi a aussi été marquée par le sauvetage de Lalou Roucayrol (Arkema) par un autre concurrent Pierre Antoine (Olmix), dérouté à la demande de la direction de course sur le bateau retourné de Roucayrol depuis mercredi.

Le navigateur de 54 ans a pu monter à bord du trimaran d’Antoine à la troisième tentative.

Dimanche, le doyen de 62 ans Francis Joyon (Idec Sport) a remporté la Route du Rhum en 7 j 14 h 21 min, après un duel grandiose avec le jeune (35 ans) François Gabart (Macif), devancé de 7 min 08 sec.

Publié le vendredi 16 novembre 2018 à 17:40, modifications vendredi 16 novembre 2018 à 17:40

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !