Actualité

Retour de 3.000 djihadistes de l’Etat islamique : un défi de taille pour l’Europe

Alors que l’Etat islamique et le Front al-Nosra reculent en Syrie et en Irak, l’Europe va devoir faire face au retour de nombreux djihadistes partis dans ces pays, d’après le Réseau d’alerte contre la radicalisation de la Commission européenne.

Entre 1.200 et 3.000 djihadistes Européens ayant vécu ou combattu avec l’organisation État islamique en Irak et Syrie pourraient revenir en Europe.

Des chiffres révélés dans un rapport d’analystes. Ceux-ci appellent les pays concernés à préparer minutieusement la gestion de ces retours à risques.

La plupart des pays membres de l’Union européenne, dont la France, s’attendent à une augmentation lente, mais progressive des retours de combattants. Des djihadistes issus de l’EI et du groupe Hayat Tahrir al-Cham. Ancien front al-Nosra, lié à Al-Qaïda.

A déclaré le Réseau européen de sensibilisation à la radicalisation (Radicalization awareness network, RAN). Une entité créée par la Commission européenne.

La menace grandissante des « revenants »

Alors que l’étau se resserre autour du groupe armé État islamique en Irak et en Syrie, les chefs d’États et de gouvernements pourraient voir l’avenir avec optimisme.

Pourtant, c’est le contraire qui se produit. Car au sein des services de renseignement et de sécurité européens, les signaux d’alarme se multiplient.

En effet, les pertes territoriales de l’Etat islamique en Irak et en Syrie, avec la reprise de Mossoul par l’armée irakienne, ont provoqué le début d’un phénomène de départ pour de nombreux djihadistes étrangers vers leur pays d’origine.

Diverses estimations prévoient entre 1.200 et 3.000 retours d’Européens avec « des antécédents différents ». En grande partie « des femmes et des enfants ».

En outre, le RAN, qui estime qu’environ « 30% sont déjà rentrés, au su des autorités – ils sont alors souvent arrêtés – ou clandestinement ».

Toujours selon le RAN,

Plus de 42.000 combattants terroristes étrangers ont rejoint l’EI depuis plus de 120 pays entre 2011 et 2016.

Il s’agit d’un afflux d’une ampleur inédite dans l’histoire du djihad dans le monde. Le rapport distingue deux générations de « revenants ».

La première, majoritairement masculine, inclut ceux qui sont allés en Syrie pour raisons humanitaires ou combattre le régime de Bachar al-Assad. Ils sont considérés « désillusionnés » et possiblement moins violents que la seconde.

Cette catégorie est plus aguerrie et idéologisée. Elle peut être de retour en Europe avec le souhait d’y mener des attaques.

La plupart d’entre eux seront victimes de traumatismes pour avoir causé ou été témoins de violences.

A également ajouté le RAN.

Enfin, ce dernier au-delà de l’état des lieux, a présenté un catalogue de mesures pour encadrer au mieux ces retours.

Il préconise notamment une évaluation rapide des niveaux de dangerosité, un traitement complet et individualisé de chaque cas mettant l’accent sur la normalisation et la resocialisation.

Un défi de taille pour l’Europe

Ainsi, cette nouvelle menace représente un vrai défi pour les services de renseignements des Etats de l’Union européenne.

Selon Europol, l’Etat islamique sera de moins en moins responsable des projets d’attentat, se contentant de guider des éléments déjà opérationnels.

Si les modes opératoires des précédentes attaques seront probablement reproduits lors de futures tentatives d’attentats, Europol estime que des terroristes vont aussi utiliser des armes plus faciles à obtenir que des fusils de guerre.

L’agence de police européenne prévoit ainsi que les djihadistes auront recours à une arme qui a fait sa force sur le champ de bataille : la voiture-bélier.

D’après les auteurs du rapport, le retour des djihadistes est une « source de préoccupation sérieuse » pour l’Europe.

Ainsi, dans ce contexte de forte menace terroriste qui a une nouvelle fois endeuillée l’Europe, le Vieux continent va devoir se protéger contre ces potentielles machines à tuer. Le tout sans bafouer le droit européen.

Ainsi, cela va constituer un défi militaire, policier, juridique, mais aussi éthique et philosophique.

Publié le samedi 19 août 2017 à 9:53, modifications lundi 21 août 2017 à 12:28

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

6 Commentaires