Actualité

Un prix retiré à Aung San Suu Kyi pour son silence sur les Rohingyas

Le Musée de l’Holocauste de Washington a retiré un prix décerné à la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi pour son combat contre la dictature et en faveur des libertés. Ce choix a été motivé en raison de l’inaction, à leurs yeux, de la dirigeante dans la crise des Rohingyas.

Selon des informations de L’Express, près de 700 000 musulmans Rohingyas se sont réfugiés au Bangladesh, depuis la fin août 2017. Ils vivaient auparavant dans l’ouest de la Birmanie. Ils ont été contraints de fuir une opération de l’armée, qualifiée de campagne d’ « épuration ethnique » selon les Nations Unies.

Aung San Suu Kyi perd son prix Elie Wiesel

Aung San Suu Kyi avait reçu le premier prix « Elie Wiesel », décerné en 2012 par le Musée de l’Holocauste, pour son « action courageuse et son grand sacrifice personnel » contre la junte birmane et pour sa lutte pour « la liberté et la dignité du peuple birman ». Le Musée de l’Holocauste de Washington a publié un communiqué pour justifier son choix radical. Ce prix vient d’être retiré cette semaine à Aung San Suu Kyi.

Nous avions espéré que vous – en tant que personne saluée pour votre engagement en faveur de la dignité humaine et des droits de l’homme universels – fassiez quelque chose pour condamner et stopper la brutale campagne militaire, et exprimiez votre solidarité avec la population rohingya. […] La Ligue nationale pour la démocratie, sous votre direction, a au contraire refusé de coopérer avec le enquêteurs des Nations unies [et a] propagé une rhétorique de haine à l’encontre de la communauté rohingya.

Le Musée a donc encouragé la dirigeante à user de son « autorité morale pour répondre à cette situation ».

L’attitude d’Aung San Suu Kyi face à la crise des Rohingyas

La leader emblématique a été une figure de la dissidence pendant près de trente ans. Elle a notamment vécu quinze ans en résidence surveillée. Aung San Suu Kyi a été lauréate du prix Nobel de la paix en 1991.

Elle s’est retrouvée propulsée à la tête du gouvernement civil depuis 2016. Cette femme engagée a malheureusement été critiquée durant la crise des Rohingyas. Son inaction et son silence sur le rôle de l’armée lui ont été reprochés. Aung San Suu Kyi doit malheureusement cohabiter avec l’armée sur le plan politique. Une majorité des Birmans considèrent les Rohingyas comme des étrangers. La minorité musulmane est vue comme une menace face à la prédominance du bouddhisme dans le pays.

Aung San Suu Kyi vient donc de se voir retirer un prix, décerné en 2012 pour son combat contre la dictature et en faveur des libertés, en raison de son inaction dans la crise des Rohingyas. Le gouvernement birman a tenu à réagir, ce jeudi, suite à cette décision. Selon les autorités birmanes, le musée « a été induit en erreur par des gens qui ne voient pas la réalité telle qu’elle est ».

Luc Besson a réalisé un biopic sur Aung San Suu Kyi. Le long-métrage, intitulé The Lady, est sorti en 2011. Le casting réunissait Michelle Yeoh, William Hope et David Thewlis. Le réalisateur français a retracé le parcours fascinant et le destin exceptionnel d’Aung San Suu Kyi. Cette femme a changé à jamais le visage de la Birmanie.

The Lady de Luc Besson – Bande-annonce : 

Publié le vendredi 9 mars 2018 à 11:11, modifications vendredi 9 mars 2018 à 10:29

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !