Actualité

Poutine met en garde contre “une catastrophe planétaire”

Le président Russe s’est dit mardi opposé à toutes nouvelles provocations et sanctions en direction de la Corée du Nord les jugeant susceptibles d’aboutir à une catastrophe planétaire

STORY - Episode 29/35

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vladimir Poutine met en garde

En marge d’un sommet des puissances émergentes des Brics (Brésil, Russe, Inde, Chine, Afrique du Sud) à Xiamen, dans le sud-est de la Chine, le chef du Kremlin s’est exprimé concernant la menace de Pyongyang.

Nous estimons que ce sont des provocations. Mais le recours à n’importe quelles sanctions dans ce cas est inutile et inefficace.

Les Nord-Coréens ne vont pas renoncer à leur programme (nucléaire) s’ils ne se sentent pas en sécurité. Il faut (donc) chercher à lancer un dialogue entre toutes les parties intéressées

a plaidé Vladimir Poutine.

La menace d’une hystérie militaire

Face à la menace grandissante, la Russie reste cependant fermement opposée à toute riposte militaire contrairement à leurs homologues américains.

S’engager dans une hystérie militaire n’a aucun sens, c’est un chemin qui mène à l’impasse

Tout cela peut aboutir à une catastrophe planétaire et à un grand nombre de victimes

a mis en garde le chef du Kremlin.

La Russie reste tout de même solidement opposée aux essais réussis de Bombe H réalisés par la Corée du Nord. Mais le gouvernement Russe prône avant tout une intervention pacifique. En effet, M. Poutine semblait rejoindre ainsi la position défendue par Pékin, qui prône une “résolution pacifique” de la crise nord-coréenne et la reprise des discussions avec le régime de Kim Jong-Un.

Vers de nouvelles sanctions ?

Malgré les sanctions de l’ONU, la Corée du Nord a récemment lancé un nouveau missile. Le pays en est actuellement à son sixième essai nucléaire.  Suite à cela, les Etats-Unis, avec leurs alliés européens et japonais, ont annoncé lundi négocier de nouvelles sanctions sévères de l’ONU contre la Corée du Nord mais la position de Pékin et Moscou, dotés d’un droit de veto, reste encore incertaine.

Publié le mardi 5 septembre 2017 à 11:51, modifications mardi 5 septembre 2017 à 11:51

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !