Actualité

La Polynésie française déclarée « en état de calamité naturelle »

Des pluies diluviennes sur les îles de l’ouest

La Polynésie française a été placé « en état de calamité naturelle » après les fortes pluies subies à Tahiti et à Moorea.

Les îles de Tahiti et Moorea ont été placées « en état de calamité naturelle » ce lundi 23 janvier. En effet, des pluies diluviennes qui se sont abattues sur les îles de la Polynésie française ont provoqué l’inondation de centaines de maisons.

La côte Ouest de Tahiti, mais aussi les villes de Papeete et Pirae, au Nord, sont les plus touchées.

De plus, plusieurs ponts ont été détruits ou endommagés et de nombreuses routes ont été rendues impraticables.

Ce week-end, les niveaux de précipitation ont atteint des records. En effet, 70 millimètres d’eau par heure et par mètre carré, soit plus de 300 millimètres d’eau sont tombées en quelques heures sur des terrains déjà gorgés d’eau par plus d’une semaine de fortes pluies.

Météo France a averti que les intempéries allaient se poursuivre au moins jusqu’à mardi 24 janvier.

Une onde tropicale traverse l’île de Tahiti. Peu mobile, elle provoque d’intenses précipitations stationnaires à l’origine d’importantes inondations, les pires depuis 50 ans.

Des pirogues dans les rues de Papeete

Dans la nuit de samedi 21 à dimanche 22 janvier, des crues soudaines ont réveillé les Tahitiens. S’il n’y a eu aucun mort, un homme a toutefois été gravement blessé par un éboulement.

L’aéroport international de Tahiti-Faa’a, également sous les eaux, a été fermé. Dans le même temps, un avion Air France a été dérouté à Rarotonga, sur les Îles Cook.

À Papeete, certains Polynésiens ont fait usage de leur pirogue à balancier ou de leur paddleboard pour se déplacer dans les rues inondées.

Par ailleurs, les maires de nombreuses communes ont pris des arrêtés d’interdiction de baignade en raison du comportement de surfeurs qui ont pris le prétexte de la forte houle pour s’adonner à leur sport.

Au total, six mille foyers étaient privés d’électricité dimanche 22 janvier. Plusieurs dizaines de familles ont été relogées en urgence.

Depuis Paris, la déléguée de la Polynésie française Caroline Tang a lancé « un appel à la solidarité de toutes les communautés polynésiennes en France ».

Elle a invité :

à collecter des vêtements qu’elle centralisera à la délégation de la Polynésie avant de les acheminer à Papeete à l’antenne de la Croix-Rouge.

Publié le mardi 24 janvier 2017 à 10:02, modifications mardi 24 janvier 2017 à 10:02

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !