Politique

Valérie Pécresse veut être « Libres ! »

Valérie Pécresse ne sera pas candidate à la présidence des Républicains. Elle a décidé de créer un mouvement.

Dans un entretien accordé au Journal du Dimanche le 8 juillet, Valérie Pécresse a déclaré ne pas vouloir « participer à une guerre des chefs » pour prendre la tête des Républicains.

Ainsi, la présidente de la région Ile-de-France a laissé entendre qu’elle ne sera pas candidate à la présidence du parti.

Pourtant, fin juin, Xavier Bertrand ne tarissait pas d’éloge concernant Valérie Pécresse :

Valérie Pécresse serait une très bonne candidate. Je suis prêt à lui apporter mon soutien.

Opposé à la ligne droitière incarnée par Laurent Wauquiez, le président des Hauts-de-France voyait en son homologue d’Ile-de-France le profil parfait pour représenter l’aile modérée de leur famille politique.

Une droite ni soumise à Macron, ni poreuse avec le FN »

Sauf que Valérie Pécresse en a décidé autrement en annonçant qu’elle ne se lancerait pas dans la bataille.

Avec Xavier Bertrand, je partage l’intuition qu’il faut faire vivre une nouvelle ligne politique. Nos électeurs ne nous pardonneraient pas un nouveau pugilat.

A déclaré l’ancienne ministre avant de plaider pour un report du congrès des Républicains en 2018.

ce serait, en effet, logique qu’on se mette d’accord sur une ligne qui nous unit avant de choisir un leader. Mais je ne me fais pas d’illusions, j’ai l’impression que tout le monde  a envie de se débarrasser de cette question le plus vite possible.

A-t-elle regretté.

Les dates des 11 et 17 décembre envisagées pour l’élection d’un nouveau président, seront proposées au bureau politique du 11 juillet.

« Libres ! »

Certes, Valérie Pécresse ne sera pas candidate, mais elle ne restera pas inactive pour autant :

J’ai décidé de créer un mouvement d’idées qui, à ce stade, se situe au sein des Républicains. Libres ! serait un beau nom. Soyonslibres.fr sera notre site. Libres de s’exprimer et de penser. Libres aussi de vouloir incarner la relève, de faire monter la jeune génération, de féminiser.

Enfin, l’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy a insisté sur le fait qu’elle souhaitait incarner « une droite authentique, ni soumise à Macron, ni poreuse avec le FN ».

Une attaque évidente à l’adresse de Laurent Wauquiez, qui brigue officieusement le poste de président du parti.

Certains veulent un retour à ligne qui permettra d’incarner une vraie opposition à Emmanuel Macron. Derrière, il y a la tentation d’un rapprochement avec l’extrême droite. On ne peut pas abandonner le parti à la ligne ultraconservatrice.

Prenant acte des divergences de lignes au sein des Républicains, Valérie Pécresse a jugé le lancement de son mouvement comme « l’ultime tentative pour qu’on reste unis ».

Publié le lundi 10 juillet 2017 à 10:03, modifications lundi 10 juillet 2017 à 9:21

Vous aimerez aussi

-->

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet
Vers le top