Politique

Trump durcit son discours en promettant d’expulser jusqu’à 3 millions d’immigrés clandestins

Le 45ème Président des Etats-Unis élu mardi dernier et qui entrera en fonction en janvier a fait des déclarations plus apaisées dans son premier entretien auprès de la chaîne de télévision américaine “CBS”. Pourtant, l’un des extraits publiés en ligne n’a pas laissé les citoyens et les observateurs politiques indifférents. La ligne dure de Trump semble être de retour. Dans l’une de ses déclarations, le Président Américain Donald Trump souhaite mener et assumer une position très ferme sur l’immigration clandestine.

Après avoir rencontré Barack Obama à la Maison Blanche, Donald Trump a accordé sa première interview politique à la chaîne de télévision américaine CBS ce week-end dans l’émission 60 minutes. La politique du futur président sera ferme et intraitable sur l’immigration clandestine. Le Rêve Américain ne sera pas accessible aux immigrés qui se livrent à une activité criminelle aux yeux du 45ème Président des Etats-Unis Donald Trump :

Ce que nous allons faire, c’est prendre les gens qui sont des criminels et qui ont des casiers judiciaires, qui appartiennent à des gangs, qui sont des trafiquants de drogue […] sans doute 2 millions, ça peut être 3 millions ( de personnes), nous allons les renvoyer du pays ou nous allons les mettre en prison. Mais nous allons les renvoyer de notre pays. Ils sont ici illégalement.

La construction et l’édification du mur à la frontière Mexicaine a été évoqué dans cet entretien. Le Président Trump est resté assez évasif sur le sujet. Donald Trump avait révélé vouloir bâtir un mur tout au long de la frontière avec le Mexique afin de mieux contrôler les frontières des Etats-Unis et d’envoyer un signal fort face à l’immigration illégale et de stopper les activités criminelles selon Trump. Le chantier colossal de cette nouvelle ligne de démarcation entre les deux grandes nations devrait être financé par le Mexique selon l’une des nombreuses promesses de campagne du candidat Trump.

Un mur est plus approprié. Je suis très bon pour ça, ce qu’on appelle la construction.

Une certaine cacophonie semble déjà régner dans l’administration Trump. Newt Gingrich, l’ancien chef de la Chambre des représentants, qui pourrait accéder au poste de secrétaire d’Etat sous le mandat de Donald Trump, a minimisé et dénigré cette semaine la mise en chantier et le début de la construction de ce mur. Newt Gingrich a indiqué que le mur ne serait probablement pas financé par le Mexique et que cette proposition :

était un super outil de campagne.

Les réunions se multiplient à la Trump Tower dans la ville de New York. Le futur président des Etats-Unis tente de construire son équipe et enchaîne les entretiens pour tenter de bâtir, avant ce fameux mur, une solide équipe de conseillers et de ministres avant sa prise de fonction en janvier 2017.

Publié le lundi 14 novembre 2016 à 15:17, modifications lundi 14 novembre 2016 à 15:47

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

2 Commentaires