Politique

Travaux non déclarés : après Arles, Françoise Nyssen récidive à Paris

Déjà pointée du doigt en juin suite à la découverte d’une série de travaux illégaux effectués au profit de sa maison d’édition à Arles, on apprend, toujours du Canard enchaîné, que Françoise Nyssen recommence ces mêmes pratiques au bénéfice de la branche parisienne d’Actes Sud.

À Arles, Actes Sud-les éditions que Françoise Nyssen codirige avec son mari-a durant 7 ans commandé des travaux sans autorisation.

Françoise Nyssen s’illustre d’abord à Arles…

Ainsi, entre 2010 et 2017, la ministre et son époux Jean-Paul Capitani ont étendu le pôle culture de l’association du Méjan. Née en 1984 d’une idée du couple, la structure se trouve dans la vieille ville. Elle appartient, de fait, au patrimoine mondial de l’Humanité (UNESCO).

Aussi, avoir l’aval d’un architecte des bâtiments de France semblait inévitable. Mais l’éditrice se passera de l’avis de la commission de sécurité de la municipalité. Et ce, même quand en 2011, celle-ci tire la sonnette d’alarme sur les conditions dans lesquelles se déroulent ces travaux.

Devant ce manque de réaction, la commission se fend d’un “avis défavorable à la poursuite de l’exploitation de l’établissement”. Notification tout bonnement ignorée par les intéressés. Toutefois, Françoise Nyssen finira bien par formuler une demande en bonne et due forme…Quelques mois après sa nomination au ministère de la Culture.

…Avant de recommencer à Paris

Cependant, Actes Sud repart dans ses travers avec son antenne parisienne. Ainsi, les informations recueillies dans l’édition du 22 août du Canard enchaîné montrent une “négligence” similaire de la part de Françoise Nyssen et son mari.

Tous deux propriétaires des locaux parisiens de la maison d’édition, ils les ont fait agrandir dès 2012. Ce sont donc 150 m2 d’ajoutés à l’hôtel d’Aguesseau. La bâtisse datant du XVIIIe siècle se situe au 18 rue Séguier, au coeur du quartier germanopratin.

D’après l’enquête de nos confrères, “dans les archives de la Direction de l’urbanisme de la Mairie de Paris, pas la moindre trace de dépôt d’une demande d’autorisation de bâtir“.

Or, obtenir une permission de construire demeure “obligatoire dès qu’un propriétaire s’agrandit au-delà de 20 m²” selon les services municipaux sollicités par le HuffingtonPost. Sur les réseaux sociaux, de nombreuses personnalités politiques réagissaient à ce qui est désormais perçu comme un passe-droit.

Publié le jeudi 23 août 2018 à 8:02, modifications mercredi 22 août 2018 à 15:40

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !